La panique

On est loin des beaux discours, ceux de l’Europe des peuples, ceux qui la présentait comme moteur de développement, facteur de solidarité. L’Europe de Monnet et Schuman, instrument de paix et de stabilité, est venue brutalement se placer au centre d’un crise d’ampleur nouvelle. A vrai dire, bien malin est celui qui est en capacité de mesurer toutes les conséquences de la sortie, ou non, de la Grèce de l’Europe et de l’Euro.

Troupeau attendant sagement l'ouvertude de l'abattoirPour l’heure, c’est la panique à tous les étages. Bourse et banques hellènes sont fermées pendant que les autres plongent. Chacun spécule, comme on le fait depuis longtemps, et de préférence avec l’argent d’autrui. On se tient chacun par la barbichette en grimaçant pour ne pas rire, sauf que rien n’est drôle : il n’y a rien d’autre à sauver que les banques, principales détentrices d’un fardeau qui dépasse l’entendement. Les grecs ? Tout le monde s’en moque bien.

On peut être tenté de trouver un coupable, et si possible aussi responsable. C’est inutile, c’est personne, ou plutôt selon les plus libéraux des créanciers, c’est les grecs eux mêmes. Sauf que c’est bien l’Europe entière qui a accepté les comptes plus maquillés qu’une voiture volée au moment de l’intégration de la Grèce dans l’Union. Aucun des dirigeants de l’institution n’a sourcillé devant la manipulation aussi honteuse que grossière. Ils ont bien fait entrer le loup dans la bergerie en toute connaissance de cause. Cela arrangeait bien les banques de proposer des taux substantiellement élevés, sans parler de certaines ventes d’armement ou les allemands n’ont pas trop laissé le choix à leur partenaire grec qu’ils savaient passablement endettés. Les voir se plaindre ensuite est un rien cocasse.

En, fait, le vent de panique s’est vraiment levé depuis qu’Alexis Tsipras a annoncé remettre la décision de la Grèce à son peuple. C’est vrai : laisser le peuple s’exprimer, c’est jamais bon. Il y a trop d’incertitude, c’est trop dangereux : vu d’en haut, la populace ne comprend rien de la substantifique moelle du bien-être libéral qui emplit pourtant ce monde avec évidence. Une représentation nationale est bien plus digne de foi, bien plus docile aussi, et assez peu concernée quand il s’agit de prendre des mesures qui visent à réduire le train de vie des concitoyens.

La France a connu un épisode identique, rejetant lors du referendum du 29 mai 2005 la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe à 54 % avant que les parlementaires ne corrigent le tir à plus de 90 %… L’ensemble du monde politique avait communiqué en faisant croire de les citoyens ne voulaient pas d’Europe alors qu’ils souhaitaient simplement une Europe plus juste, plus sociale, plus transparente, plus démocratique. On comprend mieux la peur qui ronge les technocrates de Bruxelles parce qu’en cas de refus de se plier au diktat des banques, il n’y aura certainement pas de seconde chance : la Grèce sera éjectée de l’Euro, avec des conséquences dont on ignore tout puisque parmi la pléthore de traités qui régissent l’institution européenne, aucun ne prévoit un tel mécanisme… Et dans ce grand cyclone financier, la question subsidiaire ne manquera pas de tomber : qui sera le canard boiteux suivant qui sera passé par dessus bord ?

Pour en revenir au principe démocratique dont chaque état civilisé se prévaut, le choix de laisser le premier concerné par les mesures qui seront prises de s’exprimer directement est louable. Ce devrait être la règle. Dans nos sociétés, la démocratie se limite juste au dépôt d’un bulletin de vote de temps en temps dans une urne, et c’est fini. C’est maigre. C’est mieux que rien, mais c’est notoirement insuffisant. Le fait que la panique gagne les politiques et les financiers de manière aussi aiguë dès lors que la parole est redonnée aux citoyens est symptomatique du malaise et de la fracture qui existe entre le peuple et sa classe dirigeante. Et ce n’est rien de le dire.

Décision dimanche. On a une petite semaine pour constater comment les élites jugent ceux qui les portent au pouvoir. Vous ne serez pas déçu.

 

Tout autre chose, tout en restant dans une certaine continuité, voici ma contribution à la Radio des Blogueurs de l’ami Lolobobo qui en est à sa 6ème saison. Cette année, je ne serai pas le dernier.

Etonnant, non ?

Share Button

Sarkozy, Blatter, même combat

Quand on croise une célébrité, surtout quand elle est issue du monde politique ou des affaires, dans les couloirs d’un palais de justice, le sourire de façade dissimule souvent mal la tension, ce qui ne l’empêche nullement d’asséner avec conviction l’invariable «je suis serein, le dossier est vide, et j’ai confiance en la justice»… Parce qu’on ne s’aventure en ces lieux que forcé. A l’évidence, cet endroit est assez mal adapté pour y passer un moment de détente, pour y déambuler en sifflotant l’esprit léger. Si leur présence est requise, c’est bien souvent suite à des faits suffisamment tangibles susceptibles de porter atteinte aux règles régissant le vivre ensemble, et qui fondent notre belle, grande et harmonieuse société. Ensuite la justice passe. Elle juge et se prononce. Ou pas.

Il faut cependant reconnaître que dans cet ensemble idyllique, il reste des individus qui traversent l’espace de manière atypique en nourrissant la gazette judiciaire de grandes histoires, de procès retentissants, et de décisions souvent déconcertantes. Lequel des deux est le plus filou, lequel des 2 sera condanné en premier ?Concernant le monde politique et des affaires, c’est le moins que je puisse dire. C’est un peu ainsi que je perçois le verdict que vont prononcer les juges bordelais dans l’affaire Bettencourt. Vraisemblablement, une partie de la nébuleuse entourant la richissime héritière sera condamnée pour avoir profité de son incapacité en raison d’une maladie invalidante… Dépouiller une infirme ! Quels personnages ! J’aime cette grandeur d’âme, cet état-d’esprit. Dire ce certains ensuite se présentent ensuite devant les caméras de télévision clamer leur sens du sacrifice pour le pays et leur foi dans l’intérêt général !

En fait, ce n’est pas tant le verdict que la population mise en cause qui me pose problème. Les quelques margoulins pris par la patrouille sont incontestablement d’abjects personnages, des escrocs professionnels. Mais le principal bénéficiaire, celui par lequel tout s’est fait jour ne figure même pas au rang des prévenus. S’il n’y est pas, c’est que la justice l’a blanchit, pour vice de forme, en non sur le fond, qui n’a donc jamais pu être vraiment examiné. C’est fini, enterré. Bien joué Bismuth.

Il y avait déjà le «responsable mais pas coupable», on est désormais passé à autre chose, au «je suis en plein dedans et en plein jour, mais vous fatiguez pas, je suis intouchable» avec un posture habile de victime faisant face à un acharnement maladif. Un peu comme Sepp Blatter, autre président omnipotent, grand mamamouchi d’une association à but non lucratif, qui trempe dans toutes les magouilles et à l’échelle planétaire, qui achète qui et ce qu’il veut au su et au vu du monde entier, à faire pâlir les pires mafias et voit tous ses copains de jeu se prendre un carton rouge, mais pas lui, pas sa famille… Joli dribble Blatter.

Le temps et l’état de droit sont des alliés précieux. Les Bismuth, Copé, Balkany, Tibéri et consorts ne le savent que trop. Pas une semaine ne passe sans une sordide affaire bien puante contraire à toute morale pour des individus en quête de responsabilités publiques. Sans parler de Pasqua, naguère omniprésent, grand-maître incontesté en matière de corruption et de trafic d’influence, qui a miraculeusement traversé toutes les tempêtes judiciaires sans jamais se mouiller. Et pourtant, sa vie de truand en costard était aussi visible qu’un nez au milieu de la figure.

Côté justice, du point de vue du citoyen lambda, rien ne se passe, rien qui remette un peu ces indélicats à leur place. Entre la rigueur de la procédure, le manque de moyens récurent de l’institution, et évidemment les accusations qu’elle subit sur sa non-indépendance face au pouvoir, il n’est pas facile de faire tomber les gros bonnets. La lenteur de l’ensemble leur permet de bien profiter à titre personnel des largesses qu’ils savent attirer, et quand la lame de la justice passera, ils seront sagement rangés des voitures dans un état physique qui leur épargnera, par humanité, les désagréments de la vie en promiscuité forcée, et même les réparations pécuniaires…

Là, c’est trop. J’ai l’air un peu naïf de m’emporter ainsi. Tout cela n’est guère nouveau. C’est vieux comme le monde. A son époque, Jean de la Fontaine l’avait aussi remarqué. Ce n’est pas une raison en tout cas pour s’abstenir de le répéter.


Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance
Qu’en un pré de Moines passant,
La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Les animaux malades de la peste (1678)

Share Button

L’illusion du choix

Pour une fois, je ne vais pas faire de différences entre droite et gauche. Je vais simplement ne parler que de ceux qui constituent la classe politique dans sa globalité, ceux gèrent les affaires du pays, qui font les Lois et donnent à notre société cette matérialité si singulière héritée de la révolution française et des penseurs de lumières. C’est un long et complexe processus démocratique qui donne à cette population son pouvoir. Le peuple désigne régulièrement ceux qui vont les représenter, ceux qui édicteront en leur nom toutes les règles pour le bien de tous et du pays.

assemblee-nationaleJe crois bien n’avoir raté aucune élection depuis que j’ai le droit et le privilège de m’exprimer. Parce que c’en est un. Nombreux de par le monde ont payé de leur vie la seule espérance de pouvoir un jour aller déposer un bout de papier dans une urne. Mais voilà. Depuis quelques temps, je m’interroge sur ce geste, mais surtout sur ceux qu’on envoie nous représenter. Je sais bien qu’un mandat n’a rien d’impératif et que l’élu reste totalement libre de ses agissements. Aussi, ai-je quelque part le sentiment étrange de n’être au mieux qu’un acteur très passif de notre destin commun.

Cette impression vient brusquement de prendre une nouvelle dimension. Quand ceux qui n’avaient pas mon suffrage étaient aux affaires, il n’y avait jusque là pas trop de malaise : c’était pour moi l’expression naturelle de la démocratie. Les plus nombreux imposent aux autres leurs vues de la société. On s’y plie, et c’est ainsi, en attendant des jours meilleurs.

Mais depuis l’accession au pouvoir du Parti Socialiste, avec un programme que j’ai appelé de mes voeux, ces jours n’arrivent toujours pas. Les avancées enregistrés depuis 2012 ne compensent pas la masse de cadeaux faits aux plus aisés, et les renoncements successifs sont autant de coups de canif dans le contrat et le discours du Bourget. En ces temps-là, j’avais voté pour un homme incarnant un avenir différent, moins brutal, avec du partage, des solidarités, une autre idée de l’Europe, celle qui se soucierait d’abord des peuples. Au final, j’ai voté pour le changement et rien n’a vraiment changé, j’ai à peu près la même chose qu’avant… La seule chose qui se partage vraiment, c’est la précarité.

Juste après la victoire, l’utilité de mon expression a fait surface avec acuité particulière puisque à ce moment, nos représentants de gauche, farouches opposants au «pacte budgétaire européen», plus connu sous le nom de traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), fabuleux outil d’asservissement des systèmes publics de solidarités et de protection des circuits financiers, se sont empressés de le voter… contre l’opposition de la population.

Cela rappelle également le fameux referendum de 2005 concernant la ratification du Traité établissant la Constitution pour l’Europe. Le rejet par les urnes à 56% du peuple français a été purement et simplement ignoré, balayé d’un revers de main : le texte, habilement réhabillé dans un nouveau traité (Lisbonne) a échappé au référendum qui l’aurait à nouveau repoussé, et a été approuvé par la représentation nationale avec un score digne des plus féroces dictateurs. Mais qui donc représentent nos représentants si ce n’est qu’eux-mêmes et leurs privilèges ?

Aujourd’hui, les monstruosités s’appellent TAFTA, espèce de main-mise ultra-libérale consacrant la primauté des firmes multinationales sur les Etats et discuté dans le plus grand secret, le projet de loi relatif au Renseignement, qui détruit les libertés fondamentales qu’on a défendu en nombre un certain 11 janvier, et la loi Macron, qui au prétexte de sauver le modèle social le dépèce par petit bout… Et nos représentants, ceux qu’on a élu pour porter notre voix, vont tout approuver en nous expliquant que c’est pour notre bien…

Evidemment, ne plus aller voter ne résoudra rien. J’en suis bien conscient, et un rien désabusé, mais force est de constater que pour l’heure, mon vote n’a aucune espèce d’utilité. Et je ne suis pas le seul. Envoyer aux affaires Paul, Pierre, Jacques, voire un binôme de pûre forme, parité oblige, ne fait guère de différence, sauf de mettre un nom sur la peste et le choléra. Rendre le vote obligatoire sans aborder les raisons qui motivent ce rejet massif n’a aucun sens, sauf à décrédibiliser encore davantage nos représentants. A titre d’exemple s’il en fallait un, à la toute nouvelle métropole lyonnaise, après avoir annoncé une augmentation de 5 % de la fiscalité locale, les élus se sont octroyé une augmentation de 20% de leurs indemnités. Et le monde politique s’étonne encore et toujours de l’augmentation du nombre d’abstentionnistes avec une candeur désarmante. Consternant.

Attention cependant si vous trouviez tentant de vous exprimer autrement : avec la jolie Loi sur le renseignement, alerter, dénoncer, manifester deviendra passablement dangereux. Décidemment, le monde est bien fait. Ca me rappelle les publicités du Canada Dry des années 1980 : «Ça ressemble à l’alcool, c’est doré comme l’alcool… mais ce n’est pas de l’alcool».

Un peu comme notre démocratie. Ca vieillit mal.

Share Button

Fin du fondamentalisme ?

C’est une rengaine qui refait surface à chaque secousse de nos sociétés occidentales confrontées aux problèmes sécuritaires : pour se protéger, la seule et unique solution serait de se doter d’un arsenal de moyens de surveillance drastique, quitte au passage à empiéter sur quelques libertés. En la matière, le citoyen n’aurait même rien à craindre car ceux qui n’ont rien à cacher n’ont aucune raison de s’opposer à une mesure qui garantit leur sécurité. Pourtant, rien n’est moins sûr.

Un barbu, c'est un barbu. Trois barbus, c'est des barbouzes...Au lendemain d’événements dramatiques, faisant prendre conscience de la fragilité de la notion de liberté, notamment d’expression, cette question remonte sur le dessus de la pile : le conseil des ministres de ce jeudi 19 février va présenter un «Patriot Act» à la française, un projet de Loi dit de «politique publique» sur le renseignement en vue de prévenir certains actes, notamment de terrorisme. Et le contenu fait froid dans le dos puisque, au-delà des mesures techniques chères aux barbouzes de base, le dispositif sera validé par l’autorité administrative (donc politique) et non judiciaire, ce qui laisse la porte ouverte à bien des dérives. Je n’ose imaginer l’usage que serait fait d’un tel outil s’il tombait entre de mauvaises mains, et notamment celles d’un ramassis de fachos qui rêve tout haut de prendre le pouvoir.

Et comme dans bien d’autres domaines, voila que la France s’apprête à imiter son voisin et modèle d’outre-atlantique : pour des raisons réelles ou supposées de sécurité, absolument rien de nos insignifiantes vies ne pourra échapper aux services de renseignements sur une simple demande administrative, et sans autre forme de procès. Il sera ainsi possible d’écouter, de fouiller et s’immiscer absolument partout, parce qu’un gugusse un rien paranoïaque a estimé sa cible ou son entourage comme une potentielle menace.

Et dans son éternel souci de présenter un profil de bonne foi, le législateur assène le coup de grâce : «il ne s’agit finalement que de légaliser des pratiques qui se font depuis un petit moment déjà, et d’instituer un cadre légal général à des activités susceptibles de porter atteinte à la vie privée et au secret des correspondances». Il était donc normal de cacher micros et caméras, de charger des mouchards sur les ordinateurs, de poser des balises GPS, d’intercepter SMS, mails et communications téléphoniques à tout va, sans aucune autorisation de justice. Maintenant que tout cela est légalisé, passant en plein jour de l’amateurisme à l’industrialisation, on incitera en plus, et plutôt fermement, les acteurs de l’internet à moucharder leurs clients/utilisateurs pour ceux qui auraient échappé à la première lame.

Bien sûr, ceux qui n’ont rien à cacher n’ont aucune raison d’avoir peur. Sauf que c’est méconnaître profondément l’importance du réseau et des relations qui existent entre les individus et qu’étudient (voire les déduisent de toute pièce, comme le fait très bien Facebook) les services de renseignements. Que savons-nous de l’individu avec lequel on a échangé quelques mots dans le métro sous les filtres des caméras de surveillance ? Qu’est ce qui peut-être déduit de nous selon notre entourage alors que des pans entiers de ceux que nous fréquentons peut nous être inconnu ? Le fait de côtoyer un ami dont l’entourage propre inclus de possibles indélicats, fait-il de nous un élément à surveiller ? Sans compter que les Paul Bismuth et autres vrais méchants savent se jouer de cette surveillance, même sophistiquée avec une facilité déconcertante. Dans ces condition, on se demande quelle est la véritable raison de cette mise sous tutelle ? Ce qui reste des syndicats et associations alter n’ont plus qu’a bien se tenir, sinon…

Il y aura bien une Commission Nationale de Contrôle des Techniques de Renseignement (CNCTR) chargée de statuer (à postériori) sur le respect des libertés fondamentales, mais on se demande bien ce qu’il reste de fondamental dans nos libertés. Pour reprendre l’exemple américain, le «Patriot Act», loin d’améliorer la vie et la sécurité de ses habitants, a conduit les États-Unis à basculer dans une forme de tyrannie où l’état de droit ainsi que les libertés publiques et individuelles ont gravement régressé. La moindre contestation vous transforme de facto en un ennemi de la nation dans un manichéisme maladif. Et en premier lieu, qu’adviendra t’il de tous les lanceurs d’alerte ? Pour eux, le dispositif est monstrueux d’efficacité : rien de mieux pour les réduire durablement au silence. Une liberté fondamentale détruite. Une de plus, avec toujours cette pure illusion de sécurité.

Il y a plus de 200 ans, Benjamin Franklin, l’un des pères fondateurs de la nation américaine, l’avait déjà perçu : «un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux». Parce que le fait de renoncer de la sorte à nos libertés les plus fondamentales ne nous protégera en rien d’agissements d’illuminés hors normes, parfaitement préparés à l’exercice. Mais en attendant que le pire arrive, la Word Company et ses donneurs d’ordre y trouveront leur compte. La maîtrise et l’asservissement des masses font marcher les affaires et repoussent loin les empêcheurs de faire fortune en paix. Au moment ou se trament d’étranges accords dans la plus grande opacité, ce genre de loi tombe plutôt bien…

Et dire que c’est un gouvernement de gauche qui porte ce projet, dans l’indifférence générale. Ce n’est pas pour cela que j’ai voté en mai 2012, ni marché ce 11 janvier 2015.

Bon sang, réveillons nous de ce cauchemar…

Share Button

Le rapport à l’argent

Ainsi, au plus fort de la tourmente causée par l’élimination du candidat UMP au premier tour de la législative partielle dans la 4ème circonscription du Doubs, la tête du parti était ailleurs, très loin, vaquant à des occupations très personnelles. Pendant que le président de l’UMP donnait une «conférence» très rémunératrice au Quatar, ses ouailles ferraillaient dur pour savoir si on pouvait aider le loup à entrer dans la bergerie. Devant le début de polémique engendré, un commentateur avisé de cette actualité, sur une radio d’info continue, avait cru utile de justifier ce déplacement en soulignant que s’il y avait controverse, c’était notamment parce que «les français avaient un rapport difficile à l’argent».

Alors là, je dis bravo. Jolie pirouette, triple boucle piquée arrière sur une jambe cambrée inversée… Me voila rassuré : il ne s’agit donc que d’un simple problème d’argent. Rien à voir avec la politique, avec l’expression des idées et la manière dont on organise la société. Aucun lien avec un élémentaire problème de gouvernance alors que l’UMP est dans la tourmente, incapable d’avoir une ligne directrice, un début de programme cohérent. Non. Sarkozy, chef de parti, ancien président de la république, était attaqué parce qu’il gagnait beaucoup d’argent.

Ali Baba et les 40 voleurs, mythe ou réalité ?Rien de bien nouveau donc, mais le thème du rapport à l’argent me pose question. Le commentateur sus-cité n’a pas totalement tort dans son affirmation. C’est vrai qu’ici, il est assez mal vu d’afficher sa réussite. Ce que je nuancerais toutefois en ajoutant «quand c’est ostentatoire», et d’autant plus que cette réussite, si c’en est une, «est rapide» et surtout «hors de toute proportion».

En fait, je ne crois pas que ce rapport soit plus difficile qu’ailleurs. Je crois essentiellement qu’en période de crise, qui dure tout de même, et officiellement, depuis le premier choc pétrolier, gagner beaucoup d’argent sans raison réelle est insupportable aux yeux du citoyen lambda. Voir les entassements se faire avec facilité et régularité sont un rien déconcertants alors que l’immense majorité des foyers gère au quotidien la pénurie et les privations. Sans parler que les mêmes vous somment, au nom du bien-être commun (qui n’a rien de commun puisque c’est eux qui le détiennent), de faire davantage d’efforts pour rembourser la dette du pays…

Dans ces cas, il est assez légitime de couiner quand l’ex-président, bien qu’annonçant «renoncer à la politique pour faire du fric», s’envole pour palper 150.000 euros, montant moyen de ses «prestations» (on l’imagine mal toucher moins que d’habitude) pour tailler le bout de gras avec 15 personnes pendant 2 heures. J’imagine moyennement l’aide quelconque que peut apporter Sarkozy à des quataris dans la manière d’aider un fonds souverain à faire encore plus de profits que ce qu’il fait déjà… Le tout en continuant évidemment la politique.

Inutile de réaffirmer que, dans le contexte économique actuel, où la précarité n’est jamais loin, l’argent est avant tout synonyme de sécurité. Chacun d’entre nous, quel qu’il soit, aspire naturellement à élever son niveau de vie. Le désir n’est pas forcément de devenir riche – qu’est ce que être riche ? -, mais au moins, de se mettre à l’abri, de se fondre dans cette société de consommation qui vante si bien le modèle néolibéral basé sur la satisfaction des besoins, là aussi quels qu’ils soient.

La vérité est que la grande majorité en est exclu, souvent dès la naissance, et que ceux qui en jouissent font à peu près tout pour que les autres n’y accèdent jamais. Ce qui n’empêche pas les élites de vanter continuellement et avec force les vertus de la valeur «travail» Il y a effectivement des exceptions, des réussites fabuleuses, des «rêves américains» réalisés, mais l’autre grande réalité est que la seule façon d’avoir aujourd’hui de l’argent en France c’est d’en hériter et d’avoir des relations. Si de nos jours, le travail permettait une quelconque élévation, ça se saurait, ça se vérifierait. D’ailleurs, le discours est limpide : le travail coûte trop cher : on cherche bien, et par tous les moyens, a en réduire les rétributions, à baisser les salaires. C’est bien la réalité du moment ?

On n’a guère de rapport difficile avec l’argent si l’on peut dire, on a un rapport difficile avec nos représentants politiques et les dirigeants économiques qui se croient au dessus de tout, qui prônent la modération salariale et s’octroient un gain de Loto tous les ans, rien qu’en augmentation… 150.000 euros pour 2 heures de parlote, c’est de l’escroquerie. C’est tout comme pour les rémunérations hors de l’entendement, surréalistes, astronomiques, des patrons du CAC 40, de sportifs, artistes, rentiers à la mode Bettencourt (cette pauvre femme qui n’a jamais travaillé de sa vie), profiteurs en tout genre. Et dans le cas de Sarkozy, après tous les discours tenus par ce personnage, c’est immoral, indigne, et incompatible avec les futures fonctions qu’il vise.

Reste dans cette histoire à déterminer la destination de la rétribution : sur le compte courant de Sarkozy, ou sur un compte à numéro quelque part dans un paradis fiscal ? Puisque son entourage assure qu’il s’agit d’un vrai travail, il est donc normal, comme tout à chacun gagnant de l’argent, en tant que citoyen français, de participer selon ses moyens aux charges de son pays. J’aimerai assez avoir une réponse à cette question, bien que je la connaisse déjà.

Doucement, mais sûrement, la cabane se rapproche.

Share Button

La liberté de demain

Il n’y a plus de Charlie en kiosque. Qu’importe. Rien ne presse. L’important n’est pas là, sur ce seul mercredi, ou jeudi. Charlie existe même si je n’aurais peut-être jamais le numéro 1178 en main. Le papier, aussi fragile qu’une vie, est aussi incroyablement robuste et traverse les ages jusqu’à demeurer avec les pierres, le principal rapporteur de l’histoire des hommes. Certaines pages d’ailleurs sont même devenues fondatrices et objet de croyances diverses. C’est dire sa force.

Ce nouveau numéro, pas même encore sur les rotatives, a fait débat. Sa page de couverture montre le prophète. Etonnant, non ? Elle est magique : le prophète est triste. On y parle de pardon. Une valeur universelle et présente dans toutes les religions. Tel quel, avec ce message apaisant, je ne parlerais presque pas de caricature, même si Mahomet a clairement une tête de bite. Et nous voila revenir au point de départ : ça monte au créneau de partout pour fustiger le journal et crier au blasphème. En Turquie, le premier ministre turc, tout juste revenu de sa promenade parisienne pour réaffirmer la liberté d’expression, en a interdit la parution dans son pays.

censureDonc on n’a pas avancé d’un pouce. D’autres défilants dans le cortège VIP ont d’énormes progrès à faire en matière de liberté. En Algérie, marches et manifestations publiques sont interdites. En Turquie, déjà citée, les journalistes osant parler de la corruption qui enlace le président Erdogan sont incarcérés. Idem, au hasard, en Egypte, au Gabon, en Jordanie. En Russie, cela va sans dire. Pourtant, présidents ou représentants, tous étaient là, présents en première ligne. Comme Toto 1er.

Coté religions, on a pas évolué non plus, et ce n’est pas non plus une surprise. Le cortège d’avertissements et de menaces repart de plus belle. Cette fois, le «Canard Enchainé» est également cité. L’athée que je suis ne comprend pas cette notion de blasphème. Je respecte infiniment ceux qui croient en quelque chose, qui sont sincères dans leur pratique et sans prosélytisme exacerbé, quelle que soit la confession, mais les règles auxquelles les fidèles s’astreignent ne concernent en rien les non-croyants. Impensable donc pour eux de se plier à cette discipline, impossible aussi de blasphémer ce qui n’existe pas. Elémentaire.

«Liberté de la presse ? Vaut mieux entendre ça que d’être sourd !». C’était à la une du premier Charlie en novembre 1970, une semaine juste après l’interdiction de Hara-Kiri. Les temps ont un peu changé. C’est indéniable. La pensée et l’écriture, dans notre pays laïc exempt de références religieuses, ne sont plus entravés. Il y a bien de temps en temps des tentatives. Mais le douloureux épisode Charlie Hebdo montre que la vigilance doit être continue. Il en faudrait bien peu pour que les censeurs reprennent du service. Certains pays, dont les Etats-Unis, se sont dotés de lois d’exception qui permettent à peu près tout en surfant sur la détresse. On n’en est pas loin.

Alors, merde aux censeurs, quels qu’ils soient…

Share Button

Et maintenant ?

Quelque part, cette journée du 11 janvier s’est résumé en une avalanche de superlatifs pour décrire une nouvelle page d’histoire. De cette marche silencieuse et recueillie est monté une clameur qui exprime sans ambiguïté un attachement à une foule de valeurs qui sont loin d’être universelles partout. Au premier rang se trouvent la liberté d’expression, la liberté tout court, mais aussi le respect d’autrui, la solidarité, la tolérance, le recueillement… Le message est passé avec force, mais à y regarder de plus près, ce n’est pas aussi simple. Les bons sentiments, comme des bonnes résolutions de début d’année, ont une tendance régulière de s’étioler très rapidement.

Charlie HebdoLe consensus du temps de crise ne durera pas bien longtemps. A peine les cendres refroidies, les traces de sang effacées, le monde politique va reprendre son activité principale, c’est à dire dézinguer le camp d’en face, avec la petite phrase qui tue. Il faudra évidemment tirer les leçons de cette tragédie et aussi de la communion du peuple, mais l’histoire étant un perpétuel recommencement, je suis plus que circonspect.

En fait, on a beau clamer haut et fort qu’on se battra, qu’on est pugnace et solidaire, qu’on est peut-être atteint mais qu’on a pas peur, mais pour ma part, j’ai du mal. «Ohé ! partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme !» résonne en boucle dans ma tête, jour et nuit. Partout, depuis mercredi, dans la rue, le gens se parlent : «Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place». mais pour combien de temps ? Charlie est immortel, mais sans Charb et ses potes qui réservent à jamais leurs dessins aux nuages. Et qui seront les suivants ?

Depuis mercredi, je n’ai que des questions et assez peu de réponses. Pour l’heure, on entend déjà quelques-uns parler de cet outil de malheur qu’est internet, de la nécessité d’empiler de nouvelles lois, de démultiplier les moyens policiers et de surveillance. On vient à peine de défiler pour défendre la liberté qu’on veut déjà la restreindre… Sans parler que les lois existent déjà, et que, quelque soit l’arsenal déployé, on ne parviendra jamais à tout bloquer. Malheureusement.

Malgré l’ambiance générale dopée par la participation aux marches républicaines, mon inquiétude est renforcée par des attitudes captées un peu partout. Dans mon entourage, il y avait de l’indifférence à peine voilé, parfois appuyé de propos amers tels «ils l’ont un peu cherché». J’ai entendu et lu bien plus grave aussi. J’ai mis tout cela sur le compte de la liberté d’expression. Mais cela me fait froid dans le dos et ne me rassure pas vraiment sur la suite. On était nombreux à dire notre attachement à la liberté, à rendre hommages aux victimes, mais ailleurs, ils sont tout autant nombreux à se satisfaire de cet épisode. Dans un contexte ou l’individualisme est une nouvelle religion, qu’importe les valeurs solidaires, la liberté d’expression pourvu qu’elles ne gênent pas les affaires et l’empilement des profits. Ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité. La aussi, il y a des fanatiques.

Et maintenant ? On va continuer. Le temps passe et atténue les peines. Et facilite aussi l’oubli, et c’est bien tout le problème. Mais promis, autant que possible, on va rester vigilant, tant qu’on pourra, tant qu’on vivra.

Salut Charlie.

Marche républicaine Lyon

Share Button

Anonymous au secours de nos libertés

http://pastebin.com/Pdj2Z0wC

Share Button

Immortel

J’avais prévu un petit billet hier pour souhaiter au monde quelques banalités d’usage quand l’actualité m’a plongé dans une profonde tristesse jusqu’à l’ankylose. Impossible de bouger, de croire ce qui s’ést déroulé en plein jour, en plein Paris. Une rédaction entière décimée. Non, je n’y crois pas, ce ne peut pas s’être passé. Pas au 21ème siècle, dans un monde dit civilisé.

Je Suis CharlieMa seule activité de la journée a été de me transporter sur la place des Terreaux pour rendre hommage aux victimes de l’immonde barbarie. J’y suis resté longtemps, pétrifié, à applaudir Stéphane Charbonnier dit Charb, Moustapha Ourad, Jean Cabut dit Cabu, Michel Renaud, Elsa Cayat, Franck Brinsolaro, Hamed Merrabet, Bernard Verlhac dit Tignous, Georges Wolinski, Frédéric Boisseau, Philippe Honoré, Bernard Maris, mais aussi tous les blessés de cette atroce boucherie inutile, en pensant à tous leur proches désormais meurtris à jamais.

Gérard Collomb a dit, comme à l’accoutumée, quelques mots de circonstance. Je n’ai alors pas applaudi. Je ne peux occulter la responsabilité que portent les hommes politiques dans leur ensemble pour ne soutenir la presse que quand un drame s’est joué. Je ne me rappelle que trop les turpitudes auxquelles ont été soumis les journalistes d’investigation, notamment de Médiapart, du Monde et quelques autres, et le tir nourri d’une classe politique incapable de mesurer son propos. J’entends encore un ancien président de la République tancer deux journalistes pris en otage en Afghanistan alors qu’ils ne faisaient que leur métier, pour nous informer. Les louanges et les complaintes d’aujourd’hui de droite ou de gauche me sont aussi insupportables que les jérémiades fondamentalistes des fous de n’importe quel dieu… Et que dire des tentatives de récupération de l’événement qui ne vont pas tarder. D’avance, Marine, ta gueule !

La presse et sa liberté, donc la nôtre, cela se défend en permanence. Cela s’affirme tous les jours. Au lieu de cela, on gaspille le temps à attiser les haines et les rancoeurs, on radicalise absolument tout sujet, on fustige l’étranger, on diabolise le musulman, le vrai, celui qui est aussi catastrophé et consterné que moi. La liberté, contrairement à la pile électrique, ne s’étiole que si l’on ne s’en sert pas.

Charlie dérangeait. Et pas qu’un peu. Charlie est passé maître dans cet art. C’est pour cela qu’on l’a tué. Ce faisant, ces idiots dégénérés l’ont rendu immortel. Sûr que quelque part, Choron, Reiser et Cavanna ont accueilli leurs copains les bras ouverts. Mais cela ne me console nullement. Il manquera toujours quelque chose, la petite case en bas à gauche dans ce grand puzzle, ce petit rien apprécié ou non qui fait la diversité, et qui finit par faire un tout.

Mais pour l’instant, je suis désespéré. Je retourne me coucher, avec les mots de Philippe Val qui tournent en boucle dans ma tête. Demain, je serai plus que jamais combatif.

Bonne année.

Share Button

Incivilité ordinaire

Lors des célébrations de l’armistice de la grande guerre, la der des der comme tout le monde le sait, un petit avion de tourisme a survolé le Mémorial de Notre-Dame de Lorette en tirant une banderole demandant la démission de François Hollande. Cela a bien évidemment fait un instant la une de la plupart des médias, entre Nabilla, les écolos casseurs et quelques voleurs de grand chemin.

Notre-Dame-de-NorettePour reprendre brièvement le clavier, il fallait vraiment que je sois outré : sortir une telle banderole un jour de souvenir et de respect pour ceux qui ont vécu l’enfer et donné leur vie pour notre liberté représente un acte des plus odieux. L’inauguration de cet «anneau de la mémoire» regroupant sans aucune distinction toutes les victimes anonymes de la bêtise humaine n’est en aucun cas le moment de revendiquer quoi que ce soit, sinon la fin des boucheries stupides qui foisonnent toujours de par le monde.

Ce survol est ignoble et revient à cracher sur tous les noms gravés sans aucun égard. Pour le monde libéral, tout est permis : la morale et le bon-sens sont à géométrie douteuse. Et dire que le protagoniste, qui aura mis des moyens assez conséquents dans son geste (il en faut pas mal pour faire voler un avion, sans parler du prix de la bâche), n’en finit pas de manifester pour protester contre l’État, contre Hollande, contre la gauche, contre on ne sait plus trop quoi… Nul doute qu’il doit fulminer régulièrement face à l’impôt spoliateur. Il ne manquerait plus qu’il s’offusque de l’insécurité grandissante et les incivilités quotidiennes, la cohérence étant visiblement le cadet de ses soucis… Et ce sont des gens de cet acabit, parés de respect d’autrui et des règles fondant la société, qui aspirent à exercer demain le pouvoir ? Rappelons-nous d’urgence d’où l’on vient.

Mais le plus grave finalement, c’est le mutisme du Parti Socialiste, incapable de communiquer, de protester et de défendre son propre camp.

Share Button