Un juillet pas si pourri que cela

Ce matin, c’est le désert autour de moi. Mes collègues aoûtiens sont partis, et les juillettistes se cachent, n’osant montrer leur pâleur et raconter la grisaille de leur ciel estival. Ce mois de juillet, selon les spécialistes météo, à été le plus frais et humide depuis 1981, voire 1977 pour certaines régions. Un juillet complètement pourri, mais pas pour mon blog…

A l’heure du bilan, cet exercice incontournable où on épluche les statistiques, où on «jégounotrone» joyeusement, je suis obligé de reconnaître que juillet à été un mois exceptionnel pour Alter-Oueb. Je n’aime pas trop les analyses de chiffres et ce qui va avec, les classements, les graphiques… Mais j’aime dire merci à ceux qui sont venus lire, commenter et lier ma prose : 56 blogs ont fait 91 liens vers ici, c’est 25 blogs de plus que d’habitude. C’est Homer, Bembelly, Le Coucou, Melclalex, Nicolas, Gabale, Lolobobo, et Vallenain qui en ont fait le plus… Une grande partie vient de «la radio des blogueurs», mais il y a aussi quelques nouveaux, comme Erwan, la découverte décoiffante du mois, dont je vous recommande la lecture.

A propos de lecture, je vous invite à lire ou relire les billets que j’ai sélectionné un jour du pluie et qui méritent qu’on y revienne. Il y a d’abord Grumph ! de cuicui fit l’oiseau, commenté d’ailleurs par le Coucou. Entre drôles d’oiseaux, ça persiflait sec… Il y a aussi cette petite histoire de souris contée par Lediazec dont la finalité est invariablement connue en tant que souris. Mais au-delà ? Enfin, il y a ce mois une perle à ne manquer sous aucun prétexte, qui réclame un peu de temps, du calme, et d’être confortablement installé pour traverser le monde des maçons de MHPA. Du grand art. Allez-y et revenez.

Comme je le dis souvent, débiter en l’état une liste de 56 blogs bien alignés, c’est pas mon truc, c’est un rien automatique, machinal, donc impersonnel. En plus, 56, c’est trop pour faire un petit mot pour chacun… Je vais donc faire comme Lolobobo, pas de liens. J’aurai bien des choses à dire ce mois pour en faire des vrais pour chacun… Mille mercis à toutes et tous. Par contre, j’ai tout envoyé dans le bleu retrouvé du ciel, dans un nuage.

Le Coucou y est, tout en haut, évidemment…

Ca dégaine chez les copains :

Share Button
Permalien vers le billet «Un juillet pas si pourri que cela».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

17 commentaires pour «Un juillet pas si pourri que cela»

  1. Merci pour le lien et le petit mot Marco, j’en suis tout rouge écrevisse.
    Vache, je crois être dans la situation inverse, tel Tarzan sans « liane », vais finir par me casser la gueule de mon arbre, moi.

  2. Zut, j’ai dû oublié d’envoyer mon commentaire précédent, doué que je suis.
    Merci pour le lien et le petit mot Marco, ça m’a beaucoup touché.
    De vert bronzage (oui, chez moi c’est très particulier), j’en suis devenu rouge écrevisse.
    Chez moi, à l’inverse, et tel un Tarzan sans « lianes », je risque littéralement de me péter la gueule, ces derniers temps (ma faute aussi).
    Alors merci de voler à mon secours (sourires).

  3. Et merdouille, j’avais pas vu que le commentaire précédent était passé. Ça va faire vieux qui radote et je vais encore avoir l’air idiot.

  4. @MHPA
    Tout est là…
    @corto74
    De droite ? gens bien ? Oui, peut-être, certainement même, mais pas beaucoup…
    😉
    @Gildan
    Repéré, mais c’est vrai qu’il est sympa celui-là…

  5. merci Marco pour ta recommandation. il me semble du peu que j’en ai vu qu’Erwann gagne à être connu… Les anars, ça fait souvent du bien au cerveau. Sauf quand on est fatigués.

  6. @Homer
    Pour le blog ? oui. Pour moi ? bof…
    Au fait, KdB à Lyon le 10 août. Tu viens ?
    @captainhaka
    août est le mois des vacances, ce sera bien !
    @GdeC
    Il a commenté une fois, je suis allé voir, et c’était rafraichissant…

  7. C’est d’accord, je mets une « Sant Erwann » au frais. C’est distillé en Bretagne. advocatus et non fatro res miranda populo.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *