Recherche humanité, désespérément

Le traqueur stellaire tague quelques blogueurs politiques, dont Nicolas, Homer, Eric, Des pas perdus, 100000V, Falconhill, Jujusete, Romain Pigenel, Romain Blachier et le vénérable Yann Savidan, sur un sujet qu’ils n’ont pas l’habitude de traiter : quelles orientations ces derniers voudraient voir proposées par leurs partis ou candidats préférés, quels thèmes de recherche scientifique pour demain, quelle impulsion donner à la recherche afin de remplir ses missions envers notre société ?

La question est autant vaste que très fondamentale : les idées et grands courants politiques visent tous, plus ou moins, les mêmes objectifs : développer la société et permettre de vivre heureux en son sein… et la recherche scientifique fondamentale permet d’apporter des réponses concrètes. Nous vivons entourés par tant de progrès et de technologie, parfois futiles, qui ont sorti une partie de l’humanité de conditions de vie souvent terribles. Mais une partie seulement. Vallenain est le mieux placé. Etudiant, il est directement concerné. Nicolas, depuis son comptoir, évoque les enjeux majeurs des prochaines décennies que sont le stockage de l’électricité, et la problématique de la nourriture des habitants de la planète. J’y ajouterai la recherche médicale.

En fait, tous ces domaines sont interdépendants. L’énergie, ses différentes formes, ses modes de production, ses modes de consommation, son stockage, c’est un peu la même problématique que celle d’apporter la nourriture aux 7 milliards d’individus de la planète, et cela recoupe les questions de santé et de lutte contre les maladies. Comment contenter tout le monde sans peser sur les ressources que notre hôte, la Terre, est capable de mettre à notre disposition, sans la détruire irrémédiablement ? Je crois bien que l’enjeu commun, majeur, complètement primordial à assez court terme, est de sauvegarder, non nos modes de vie, mais notre planète.

Y a-t'il vraiment besoin de recherche pour résoudre la misère et la faim dans le monde ?Notre génération, plus que tout autre, est la première à prendre conscience du leg terrible fait aux générations futures. C’est à mon goût encore un peu mou et désordonné, mais la prise de conscience existe et ne demande qu’à s’amplifier, notamment sous l’insupportable constatation des déséquilibres et des catastrophes humanitaires, des ravages que produit l’économie de marché mondialisé. La recherche actuelle doit se pencher sur cet objectif absolu, car, au final, personne n’y échappera, même les titulaires de comptes à dix zéros devant la virgule. Mais pour cela, il va falloir se battre face aux lobbys de toutes sortes, qui n’ont que faire des problèmes d’environnement. N’a t-on pas entendu assez récemment un tonitruant «l’écologie, ça commence à bien faire» ?

La recherche, l’innovation, d’accord… mais si c’est pour mettre la télé-poubelle dans un téléphone portable, c’est inutile. J’attends des prochains responsables politiques un réel changement de cap, de monter une voie totalement nouvelle et résolue en faveur de la préservation de l’environnement, de replacer l’homme au centre des toutes les préoccupations. La recherche, c’est aussi de trouver les moyens de façonner des solidarités sincères, solides et protectrices, en tout point du globe, parce que la situation actuelle de misère de la moitié de l’humanité, ce n’est pas acceptable, ce n’est plus acceptable.

Quand est-ce qu’on commence ?

Share Button
Permalien vers le billet «Recherche humanité, désespérément».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

9 commentaires pour «Recherche humanité, désespérément»

  1. Belle réponse !

    @ Nicolas : pour la recherche médicale, sans être méchant avec certains collègues qui sont dans ce domaine, depuis que j’ai découvert que l’Inserm avait baptisé une de ses Ecoles « Liliane Bettencourt » je suis un petit peu réservé sur l’orientation d’une certaine recherche médicale. Vers une médecine pour riches et des soins « discount » pour pauvres ? Je m’interroge, bien que l’école ainsi baptisée soit un rendu à sa principale mécène, bien évidemment.

  2. Ping : Ce que j’attends de 2012 en matière de sciences | 100 000 V

  3. Je vois un peu plus à court-terme. Les Hautes-technologies ne sont peut-être pas le domaine dans lequel l’Homme est le plus mis au centre, mais ça ferait du bien au pays qu’on s’y engouffre un peu plus.

  4. @Vallenain
    La recherche, ce n’est pas seulement les hautes technologies. C’est évidemment la partie la plus noble, la plus visible et impressionnante, mais aussi la plus dangereuse, essentiellement d’un point de vue éthique.
    J’aurais aimé parler des biotechnologies, des OGM, mais mon billet aurait été trop long… C’est bien un domaine des plus importants du moment, la recherche fondamentale, la très haute technologie, avec une application pratique, le moyen d’éradiquer la faim dans le monde. Noble cause, parce que c’est bien comme cela qu’on nous vend les OGM…
    La recherche, c’est très bien, mais en l’occurrence,les objectifs sont tout autres. Détenir le moyen de produire la nourriture est au moins aussi central que de vendre des armes. Le but ultime, se rendre incontournable, et en faire grassement son beurre…
    La recherche à la Monsanto, non merci !

  5. Ping : L’avenir de la science | Votons pour la science

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *