Plus que jamais le changement

J’avais mis une bouteille de champagne au frais. Depuis 2007, l’UMP n’a remporté aucune échéance électorale, et ce premier tour n’a pas dérogé à la règle. Mon plus ardent désir était de voir Napoléon en talonnettes battu dès le premier tour, ce qui n’était encore jamais arrivé pour un président sortant lors de cette Vème République. De ce côté, mon souhait a été exaucé, Toto 1er est désormais le premier des loosers, mais la bouteille est restée au frais. Je n’avais guère le cœur à la fête : il flotte dans la rue une puanteur insupportable. Près d’un français sur cinq a voté pour les fachos.

La dedans, 18% de bulletins de fachos...La seule parole censée que j’ai entendu parmi les ténors de la droite vient de Rama Yade : «Marine Le Pen à 40 ans, on va en prendre pour 20 ans». C’est peut-être pertinent comme remarque, mais Rama oublie sa part de responsabilité dans cette ascension qui est à la mesure de la déliquescence du pays. Voilà où nous a mené 10 ans de sarkozysme : un pays à la merci des marchés, incapable désormais de maîtriser son destin. Le plus drôle finalement est de se retrouver maintenant avec une droite broyée, principalement par ceux que l’UMP voulait absorber… Une grande réussite de plus.

Avec «tremblez le système» comme avertissement, la maquerelle brune est lâchée, n’hésitant pas à s’autoproclamer «chef de l’opposition». Malgré ses efforts pour cacher la véritable nature de son mouvement et les excès de son père, la réalité xénophobe et intolérante transpire de partout. Il ne lui manque que la frange et la moustache. J’ose encore espérer que cette expression sortie des urnes reste pour une bonne part un mode de contestation, de défiance face aux élites indifférentes et sourdes à la souffrance causée par la rigueur artificielle imposée au petit peuple. Je peux comprendre que la désespérance pousse à des choix par dépit, sans partager réellement les idéaux racistes et nationalistes. Quoique. Flirter avec le diable au mépris du danger n’a jamais sauvé personne.

Cette contestation, il y a pourtant bien d’autres manières de la porter. J’ai personnellement choisi de la matérialiser au travers de Jean-Luc Mélenchon afin de donner un signal fort au prochain président de la République. Désormais, François Hollande a une lourde responsabilité : il doit absolument entendre ce vacarme. Il ne peut se contenter d’accompagner le système, d’adoucir la sentence et gratter à la marge pour préserver je ne sais quel pseudo-privilège de la caste de la finance, sans quoi le Front National s’octroiera un score encore supérieur dans 5 ans. Il ne s’agit pas de porter les thèses du FN, mais simplement de permettre aux gens, de gauche ou d’ailleurs, égarés à l’extrême droite de retrouver des raisons de croire en la politique, de se reconnaître dans l’action menée par un président de gauche menant une politique solidaire, protectrice des excès du capitaliste, et redistributive avec équité des fruits du travail.

Le changement, c’est maintenant. Je veux dire le vrai changement…

Share Button
Permalien vers le billet «Plus que jamais le changement».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

6 commentaires pour «Plus que jamais le changement»

  1. Le champagne n’était pas au frais mais j’avais l’impression diffuse (et ô combien désagréable) d’avoir la gueule de bois ce matin… Cégrave Docteur ?

  2. @Stef
    Je suis convaicu que la France n’est pas un pas de facho, qu’ils ne sont en réalité qu’une infime poignée.
    @Frédérique
    Bourré en ayant rien bu, c’est vraiment désagréable…
    Ce qui serait grave, c’est que Hollande n’écoute pas ce message !

  3. Je m’interroge quand même, car cette année il y avait possibilité de « s’égarer » ou de montrer son mécontentement avec JL Mélenchon non ?
    Alors pourquoi sont-ils allé du côté obscur ? Là est la question.
    Je suis d’accord avec toi, pour moi il y a 5-6% de vrai FN, mais pour les 12% restant pourquoi ?
    N’oublions pas que Mélenchon propose des régularisations, donc cela voudrait dire qu’ils sont contre ; donc f….. ?
    Hollande et Aubry essayent de les récupérer, mais attention de ne pas les décevoir car le prochain coup ils seront encore plus nombreux et là……

  4. Excellente analyse, marco. Le vote FN est fort dans les campagnes. La vie a toujours été dure dans les campagnes mais elle était adoucie autrefois par l’entraide, les retrouvailles dans les bistrots, au stade, dans les commerces. Les commerces et les bistrots ont fermé et il n’y a plus assez de jeunes pour maintenir les équipes. Les habitants se referment sur eux et influencés par les infos de TF1 et les discours des guéant et hortefeux pensent que les villes sont devenues des coupe-gorges. Pourtant, ils devraient se rendre compte que dans les grandes villes, Marine a fait naufrage.

  5. Ping : Variae › Bien entendu, Nicolas Sarkozy n’a pas d’arrière-pensée pour le 1er mai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *