La statue, c’est pour quand ?

Si la date du 6 mai 2012 matérialise pour beaucoup, dont moi, le début d’un changement dont l’ampleur reste à écrire, elle marque pour d’autres un moment particulièrement difficile. Les sportifs connaissent bien ce sentiment. Les lendemains de défaite sont pénibles mais utiles : en acceptant le verdict, en portant un regard critique et lucide sur son action, on fait une partie du chemin qui permettra plus tard d’envisager une autre issue pourvu évidemment de tenir compte des avertissements et de se donner les moyens.

Statue du Mandarom à Castellane, 33 mètres de haut, détruite en septembre 2001...Dans la «compétition» politique, c’est un peu différent, quoique. A entendre quelques réactions entendues au hasard, la prise du pouvoir par François Hollande a déjà brisé des idéaux jugés fondamentaux pour le camp d’en face. Le dépit est tel que chaque jour apporte son lot de petites phrases. C’est de bonne guerre. Les chiens aboient. La caravane passe, et personnellement, aujourd’hui, cela m’amuse follement.

Visiblement, les adorateurs de Toto 1er, Brice Hortefeux en tête, sont très loin d’avoir fait leur autocritique. Inconsolables, ils ne comprennent toujours pas leur défaite. Et dans leur aveuglement, ils poussent le délire jusqu’à créer une association pour «entretenir la flamme» envers leur mentor, ce grand incompris. Parmi ces inconditionnels, il n’y a que des têtes d’affiches, des ultra-fidèles, dont Estrosi, Ciotti, Charon, Novelli, Leroy, Lefebvre… Ah la nostalgie ! Déjà ! Je la savais moteur de pas mal de réactions irrationnelles, mais de là à passer du temps et mobiliser des moyens pour «défendre les acquis de ce quinquennat», pour ne pas oublier «son exceptionnel bilan», c’est carrément surréaliste. C’est sûr, ce bilan, il nous pèse tous les jours davantage : plus de 600 milliards de dettes supplémentaires, plus de déréglementation, donc plus de crises engendrant toujours plus de précarité. Est-il bien nécessaire de défendre ce calamiteux résultat, et remettre constamment au jour l’ensemble des exactions commises à la France par Nicolas Sarkozy ? Sans compter que ce vénérable ramassis d’incapables névrosés va évidemment demander des subventions pour faire face à leur menues dépenses… Pendant ce temps, les restos du cœur et quelques autres associations d’utilité vraiment publique se battent chaque jour pour ne pas simplement disparaître !

J’ai bien peur qu’une partie de l’UMP ne sait plus quoi faire pour exister. Le boss réduit au silence après avoir cassé son jouet, éjecté du trône, il ne reste éparpillé que des orphelins déboussolés, incapables d’exister par eux-même. A voir leur béate admiration, à la manière de celle témoignée par quelques paumés au Messie Cosmo-planétaire, feu Gilbert Bourdin, Grand Maître du Mandarom, cette secte de dégénérés ultimes, j’espère juste qu’il ne leur viendra pas l’idée pour moins saugrenue d’édifier une statue en l’honneur du Lider Minimo avec de l’argent public.

Ou alors, grandeur nature. Elle ne gênera personne

Share Button
Permalien vers le billet «La statue, c’est pour quand ?».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

8 commentaires pour «La statue, c’est pour quand ?»

  1. Malheureusement, s’ils le font c’est que ça marche… J’ai discuté avec un type de droite, hier, et il était persuadé que Sarko avait réellement un bilan.

    Si t’insiste un peu, le gugusse ne sort qu’un seul exemple : la réforme des retraites (exemple bien entendu contestable)…

    Les gens n’y connaissant rien, il faut marteler des contrevérités… Ils finissent par y croire.

  2. Dans ton billet précédent: « je rie même, parfois je me moque, mais toujours sans mépris.  »

    Dans celui-ci: tu associes une partie de l’UMP aux dégénérés ultimes adorateurs de Bourdin…

    Tu m’expliques ce qu’est le mépris ?

  3. @corto
    Tu as bien lu : une partie. Parce que comment qualifier autrement les quelques uns que je cite ? Honnêtement ?
    L’aryen de Hortefeux ne mérite pas autre chose de toute façon…

  4. Au risque de me répéter telle la Pythie (vient’en mangeant ?), il y a effectivement un bilan du quinquennat Sarkosy. S’il est calamiteux pour le peuple, il a été faramineux pour les banques, les grosses fortunes et les grosses entreprises. Le profit n’a jamais été autant… profitable aux quelques « élus », au détriment général aussi bien de la population que de son environnement.
    Et même si, pour chasser ce vil président, j’ai voté à nouveau à droite, ce n’était hélas pas en croyant à un quelconque changement dès maintenant !
    Et les législatives ? Les français sont tellement bouffés par la pub laveuse de cervelle qu’ils sont même capables de voter pour les candidats d’extrême-droite, pourtant tout autant anti-eux !
    Misère que tout c’la !

  5. Ping : Limitation d'intelligence | Alter Oueb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *