Cherchez l’erreur

Plus que quelques jours à patienter. Ensuite, ce sera un vrai changement : le quidam lambda ne sera plus harcelé par les instituts de sondages, ou abordé à la hussarde sur les marchés, entre l’étale de fruits et légumes et la camionnette du crémier, par un candidat à une quelconque fonction élective. Ainsi, jusqu’en mars 2014, date des prochaines élections municipales, j’ai toutes les raisons de penser que nos chers représentants, de quelques bords qu’ils soient, vont subitement devenir invisibles et disparaître sous les ors de la République.

Depuis 5 ans, les campagnes se suivent et se ressemblent. L’ère Sarkozy n’aura connu aucun succès depuis juin 2007, soit les dernières législatives. Tout a été perdu, même les sénatoriales, pourtant régies sur une loi taillée sur mesure pour ne jamais virer de bord. On n’a pas non plus assisté à une vague rose, mais ce n’est franchement pas important. Un certain changement est en marche.

Les valeurs de Nadine Morano...Finalement, au lendemain de ce premier tour, la seule chose qui m’interpelle vraiment est le taux d’abstention record de presque 43 %. Et très curieusement, si les responsables politiques le soulignent, c’est pour minimiser la victoire de la gauche, mais jamais pour insister sur leur immense responsabilité dans ce chiffre. Si l’électeur boude les urnes, c’est qu’il a, à tord ou à raison, la certitude que son vote est inutile et que les choses ne vont que peu changer pour rester dans le symbolique négligeable. Ce défaut d’expression est aussi un forme de rejet d’une certaine classe d’élus affairistes et corrompus, une espèce de mafia indétrônable prête à tout pour garder ses privilèges. J’y assimile ceux dont les convictions sont à géométrie variable, et qui n’hésitent pas à s’acoquiner avec la peste brune pour continuer d’exister. Les actuelles danses du ventre de l’UMP pour tenter de capter l’électeur frontiste sans l’exprimer formellement seraient désopilantes si elles n’étaient pas aussi dangereuses pour l’avenir de la France et celle de la démocratie. Faire entrer le loup dans la bergerie ne se fait jamais sans risque…

Il reste un tour de scrutin. Dans ma circonscription, la 12ème du Rhône, la candidate du PS Joëlle Sechaud a recueilli 31,85 % des voix, là où sont prédécesseur en 2007 n’en avait obtenu que 20,97 %. En réduisant l’écart de 18,14 à 7,26 % au premier tour, elle garde une toute petite chance de déposséder le député UMP sortant Michel Terrot de son 7ème mandat. 7 mandats, franchement, est-ce raisonnable ?

En attendant un vrai changement, les grecs n’ont toujours pas remboursé le moindre centime d’euro de dette publique puisque, depuis 2 ans, ils ne paient que des intérêts aux banques, pendant que 100 milliards d’argent, toujours public, renflouent d’autres banques pour combler leurs dettes de jeux, nées d’une irrationnelle spéculation immobilière. Pas d’erreur, ce monde ne tourne pas bien rond.

Le changement, il y en a plus que jamais besoin.

Share Button
Permalien vers le billet «Cherchez l’erreur».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

6 commentaires pour «Cherchez l’erreur»

  1. Oui, mais certains ne changerons jamais.
    Mon frère, il y a une semaine, installée dans le confort de son bord de mer résidentiel, où ne sont visibles ni les immigrés, ni les chômeurs, toujours aussi dominant et sensiblement ébranlé par rien :
    – SARKOZY, c’est le MEILLEUR ! (Méthode coué ? Dérive psychiatrique ? Dépression post-défaite ? Aveuglement volontaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *