La mer à boire

La politique me saoule, et c’est peu de le dire. De toute façon, on plie les gaules non pas vendredi prochain mais samedi vers 0h30 puisque selon les écrits mayas «le cinquième soleil prendra fin le 4 Ahau 3 Kankin», soit au coucher de soleil en toute vraisemblance au Grattez-moi-la le 21 décembre 2012 qui se fera vers 17h30 heure locale, soit avec le décalage horaire le moment cité plus haut.

Alter-Oueb franchissant le cap de Bonne-EspéranceAlors, pourquoi ne pas faire une nouvelle expérience, comme, une idée parmi tant d’autres, faire un tour du monde avant de le quitter pour cause de fin du monde ? Et je me suis lancé, je suis parti. Depuis le 3 décembre, Alter-Oueb navigue avec plus de 400.000 autres bateaux autour du monde, dans cette grande course qu’est le Vendée Globe, mais bien au chaud, sans embruns, devant un écran, virtuellement… Euh oui, c’est virtuel. D’une, je n’ai pas le budget et pas franchement le courage d’un tel engagement. Et de deux, si jamais cette fin inéluctable n’avait pas lieu, j’aurais l’air malin de tout avoir laissé tomber, comme ces quelques zozos qui ont tout vendu, tout plaqué avant le jour fatidique. La course, la vraie et la virtuelle, est partie le 10 novembre des Sables d’Olonne et se déroule avec les mêmes règles et la même météo.

Mon bateau l’a prise en cours, le 3 décembre, et a été positionné vers la 260.000 ème place. Il fonce vers la Porte Crozet, au sud de Madagascar, désormais au alentour de la 187.000 ème ! Je ne suis pas marin pour 2 sous. Je n’ai jamais habité près de l’eau, mon sang est alsacien et non breton, mais j’ai vite appris à choisir la bonne voile, à prendre le vent avec le bon angle, et à aller le chercher en étudiant les prévisions météo. C’est prenant car pour avancer, il faut quelque fois modifier plusieurs fois par jour les trajectoires en fonction du vent. Pour les accros à l’imachin, il y a l’appli ad-hoc, comme le capitaine, pour suivre votre coquille de noix et déjouer les pièges des anti-cyclones.

Le bateau d’Alter-Oueb est basique, sans options qu’on peut obtenir contre monnaie, comme la personnalisation à ses couleurs, des voiles supplémentaires, un pilote automatique qui maintient l’angle au vent, etc… Comme il fallait en choisir une embarcation, Alter-Oueb a pris le monocoque aux couleurs de Saveol, de Sam Davis, fabuleuse 4ème lors de l’édition 2008, et qui a dû abandonner sur démâtage. En plus, c’était la seule fille du plateau, et je préfère ce style de compagnie plutôt que celle des mecs, de surcroît marins bourrus.

Si vous avez envie de suivre mon Alter-Oueb dans son parcours, ou même envie de participer à cette aventure, c’est sur www.virtualregatta.com. Il n’est pas trop tard.

Dans ce cas, avertissez-moi pour qu’on puisse se tirer une bonne bourre ensemble.

Share Button
Permalien vers le billet «La mer à boire».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

11 commentaires pour «La mer à boire»

  1. @Gabale
    C’est bien vrai…
    @Hiéléna Cyclo
    Mais moi non plus, je n’y connais rien !
    Mais j’avoue être très admiratif des solitaires qui partent loin sans rien d’autre qu’un bateau qui bouge et tape fort à chaque vague, le vent qui hurle sans répit pendant plus de 100 jours…

  2. Bien sûr je suis admirative de l’exploit en lui même, mais quand je dis que je n’y connais rien, c’est que je ne savais même pas que ça durait 100 jours !!
    T’as grappillé quelques places, t’es 185 055 ème !

  3. 418396 marins virtuels à l’heure à laquelle j’écris, 180000 c’est déjà pas mal, surtout, si comme moi tu n’as aucune option. J’ai deux bateaux dans ce bidule qui naviguent aux alentours de la 140000 ème place. Un des deux à flirté un moment avec la 25000 éme place avant qu’un choix de cap audacieux mais finalement malheureux ne m’envoie aux fin fond du classement. Bref, je suis un bien piètre marin, juste bon à faire naviguer des barques en papier dans les ruisseaux.

  4. En tout cas, on ne peut que vous souhaiter de meilleure chance que ce pauvre Eric Morena qui, lui, a coulé corps et biens dans les couloirs du temps de la (pourtant sympathique en l’occurrence) chanson française !

  5. Ping : Lyon – Saint-Étienne: Le courant passe… « "Ce Que Je pense…"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *