Stop bashing !

Ce n’est un secret pour personne, je suis impliqué dans ce projet qui, depuis quelques jours, se fait lentement une petite place parmi les sites politiques. J’avoue que cette aventure dépasse déjà largement mes attentes. Sa genèse est en soi une belle histoire, qui part de pas grand chose, comme souvent. Une idée simple, une volonté, un peu d’huile de coude…

Quand j’ai été contacté, l’idée m’a plu d’emblée. D’abord parce qu’il y avait absolument besoin d’un espace d’expression en plein milieu de la pseudo-tempête agitée par la conservato-fachosphère, parce que le dénigrement gratuit, insistant et surtout sans fondement devenait insupportable. Le blogueur que je suis ne connaît que trop ce besoin de s’exprimer, même si la portée en est toute relative. Quoique. Ensuite, il y avait pour moi un défi technique en tant que développeur : tenter de proposer dans des délais courts une solution stable et robuste qui réponde au besoin. C’est mon métier, je milite au quotidien pour le logiciel libre, et c’était l’occasion rêvée de mettre en avant mes convictions en la matière. Enfin, l’initiative provenait de personnes de milieux divers, qui sont très loin d’avoir toutes des responsabilités politiques… Cette diversité me semble d’ailleurs des plus intéressantes pour construire quelque chose de viable.

stopbashingEvidemment, les inévitables critiques ont surtout tourné autour le la proximité directe du PS dans le projet. Certains ont cherché le WHOIS du domaine pour y trouver le nom d’un élu effectivement encarté. D’autres ont remarqué, très fort, que l’hebergeur (moi…) est membre des Leftblogs, qu’un blogueur influent dit «de gouvernement» était omniprésent. D’où la conclusion sans appel : c’est le parti socialiste qui pilote cette chose…

Le PS n’est pour rien dans cette initiative. S’il l’avait voulu, il l’aurait fait sans s’adresser à un petit autoentrepreneur dont le fond de commerce est le conseil aux associations du monde alter… S’il me l’avait demandé, je n’aurais pas accepté. J’ai, à franchement parler, un peu de mal avec ce parti qui n’est pas un modèle dans son action politique. Il consomme plus d’énergie pour les intérêts particuliers de ses hauts dignitaires que pour structurer la société avec une véritable politique de justice sociale, et pour une répartition équitable de la richesse produite. Localement, il existe des baronnies insupportables qui défrayent la chronique et brouillent l’image de probité demandée par Hollande, et qui devrait s’imposer sans qu’on le rappelle. En fait, c’est le fonctionnement général de tout parti quel qu’il soit…

On me rétorquera facilement que, par ma participation dans ce projet, j’apporte un soutien implicite au PS. Eh bien non. Je soutiens ce gouvernement qui se débat dans les difficultés induites par le capitalisme dérégulé, et je préfère 1000 fois que ce soit l’équipe actuelle, composée principalement par le PS, plutôt que venant de l’UMP. Sans le changement opéré en mai 2012, les attaques contre les systèmes de solidarités seraient bien plus sévères, et les basses castes seraient priés de payer les impôts dont les classes moyennes et supérieures seraient exemptés… Rappelons-nous simplement d’où l’on revient.

Forcement, si notre jouet fonctionne, le PS peut s’y intéresser et communiquer… ce qui relancera évidemment les suspicions de collusion. Tans pis. Les aigris repartiront dans les tours. Encore une fois, l’opposant s’attaque à la forme, pas au fond. Fâcheuse habitude…

Pour l’heure, ce sont surtout des encouragements et des remerciements que nous obtenons.
Merci aussi à vous. StopBashing !

Share Button

Tromperie

Le monde est incontestablement en train de changer. Et je m’empresserais bien d’ajouter un «enfin» sonore : désormais, le mensonge est banni de toute communication, même la plus insignifiante comme la publicité. En la matière, il faut bien avouer que les annonceurs rivalisent de malice pour vous faire gober tout et n’importe quoi : les lessives, les produits de beauté en tout genre, les banques… Les sujets ne manquent pas.

C’est nos voisins d’outre Manche qui défraient une nouvelle fois la chronique : les anglais ont purement et simplement interdit la diffusion d’un clip un rien décalé ainsi que toute déclinaison en diffusion papier pour une boisson houblonnée célèbre. Motif : la bière vantée n’étant pas fabriqué en Alsace comme suggéré, la publicité a été jugée trompeuse. Effectivement, c’est très grave

Ce clip m’a bien fait marrer. J’y retrouve mon Alsace natale, et même un peu plus. J’habitais et ai usé pas mal de fonds de culotte à proximité immédiate de l’antique brasserie, dans le quartier de Cronenbourg, le faubourg nord de Strasbourg. Elle n’existe plus. Propriété d’Heinecken, la marque brasse désormais la 1664 à Manchester. Et, outre la présence d’Eric the King, j’adore le coté complètement décalé, cet auto-dérision typiquement britannique et un peu alsacienne aussi…

Mensonge, tromperie ? A vous de juger. Pendant ce temps, les crèmes des mémères qui promettent de transformer un boudin en top-modèle en 2 mois continueront d’être vendues.

A votre santé.

Share Button