Le dernier privilège

Parce qu'incontestablement, l’assassin court toujours. Bravo Charlie...Personne ne m’en voudra j’espère. Pour la nouvelle année, je vais faire aussi court que 2015 a été longue et pénible. Je ne suis toujours pas remis de l’attentat contre Charlie, contre le Bataclan, contre notre art de vie, contre la musique, contre la liberté sous toutes ses formes, contre l’indispensable fraternité entre les hommes. Rien ne sera plus comme avant. Notre mode de vie mêlé d’un certaine insouciance va s’en trouver durablement influencé. Et pas dans le bon sens : il faudra s’habituer à être surveillé de partout, dans la rue, sur internet, et avoir son voisin à l’oeil, au cas où…

Et ce n’est pas tout. On a même perdu la gauche telle qu’on la concevait jusque là en France. Puisque le parti socialiste est allé jusqu’à envisager de changer de nom, je lui suggérerais bien le nom de « Parti Démocrate », comme aux Etats-Unis. Ainsi, comme là-bas, il n’y aurait plus vraiment de tromperie. Pas sûr que cela suffise pour dégonfler un FN à 40 % par endroit…

Et comme les coups bas volent en escadrille, voilà que Lemmy a décidé de jeter l’éponge. C’en est trop. Reveillez-moi, c’est un vrai cauchemar.

On est en 2016. Ouf ! Bonne année alors. Je vous souhaite d’être heureux, simplement heureux. Dans ce monde de brutes épaisses et incultes qui n’a rien de fraternel, ça va devenir un vrai privilège. Etre heureux, je vous le souhaite du fond du coeur.

Share Button
Permalien vers le billet «Le dernier privilège».
rssFlux RSS  des commentaires du billet.

4 commentaires pour «Le dernier privilège»

  1. « s’habituer à être surveillé de partout, dans la rue, sur internet, et avoir son voisin à l’oeil, au cas où… »

    Je te conseille de regarder « Les ailes du désir » de Wim Wenders. Histoire de s’habituer à autre chose.

  2. |« l’attentat contre Charlie, contre le Bataclan, contre notre art de vie, contre la musique, contre la liberté sous toutes ses formes, contre l’indispensable fraternité entre les hommes. »

    Non, l’attentat sont les armes et les bombes fournis aux guerres, aux polices et aux armées du monde entier et non une action qui n’est qu’une réaction à ces véritables fauteurs d’inhumanité.
    L’attentat ce sont en fait les pouvoirs qui s’accumulent par le commerce des armes, de la monnaie, le trafique des humains…

    Il ne faut pas se tromper d’adversaire avant de s’interroger sur ce que nous pouvons y faire, car, éclairé, chacun peut agir davantage que dans l’obscurantisme des médias aux ordres des pouvoirs en place.

  3. Le monde diplo – janvier 2016
    Cinq ans après la chute du président Ben Ali
    Kasserine ou la Tunisie abandonnée

    Marginalisées de longue date, les régions intérieures de la Tunisie continuent d’être livrées à elles-mêmes et n’ont guère tiré profit de la révolte de 2011. Une situation qui alimente colère et désenchantement, dans un contexte marqué par les incertitudes politiques et la persistance de la violence.
    […]
    Kaïs, la trentaine, habite lui aussi à Ezzouhour. Entre 2009 et 2015, après des études de génie électrique à Kasserine, il a connu les petits boulots non déclarés ; puis il a trouvé une place de professeur d’arabe en primaire. Même s’il enseigne dans une école rurale qui accueille des élèves déshérités, dans des conditions matérielles misérables, il aime son métier. Lui non plus n’éprouve aucune sympathie pour les maquisards : « Ils tuent des Tunisiens, et ils ne sont pas guidés par la vraie religion. Ce sont des mafieux qui occupent les montagnes avec la complicité du pouvoir pour faire de l’argent. »

    S’ils dénoncent les groupes armés locaux, nos interlocuteurs changent de ton quand il s’agit d’évoquer la situation en Syrie ou les attentats commis ailleurs dans le monde par des groupes djihadistes. Attablé dans un café d’Ezzouhour au lendemain des tueries du 13 novembre à Paris, Kaïs tient un discours virulent qui tranche avec la douceur habituelle de ses propos : « La France mérite ce qui lui arrive ! C’est à cause de Charlie [Hebdo]. Si les Français n’avaient pas insulté le Prophète, ça ne serait pas arrivé. La France est intervenue en Libye, alors que ça ne la regardait pas. Quant au départ des djihadistes étrangers pour la Syrie, c’est une opération extérieure, comme lorsque la France part faire la guerre au Mali. Ces attaques sont un juste retour des choses. D’autant que plus d’enfants syriens sont morts sous les bombes occidentales que vous n’en avez perdu à Paris ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *