Ca va déjà mieux

A peine les cendres de 2012 et de quelques malencontreuses voitures balayées, voilà qu’il faut reprendre le chemin de la mine. C’est qu’il y a un pays à redresser, quasi à reconstruire, au point de ne savoir par quoi commencer. Après 7 mois aux affaires, le gouvernement Ayrault a été sujet à des turbulences provenant plus de lobbys et de vieux corporatismes que d’une opposition par ailleurs en pleine déconfiture, laissant poindre à gauche même parmi les plus mordus une certaine part de déception.

Et pourtant, comme l’a clamé mon pote Bembelly en commentaire chez Nicolas, en se rappelant d’où l’on vient et ce qu’on a subi depuis ces dernières années, comment pourrait-on être déçu : «Je me sens bien dans la France de François, personne ne m’agresse à la télé, chez moi devant mes gosses. Mes origines « étrangères » ne sont plus l’alpha et l’oméga de la politique du gouvernement, je ne suis plus l’excuse, ni la « cause » des maux de la république, Enfin libre… Et cette liberté porte un nom : François Hollande. Pour moi, le rêve se lit aussi sur le volume quiétude gagné au jour le jour, depuis ce jour historique du 06 mai 2012». Et 7 mois ont été nécessaire pour prendre la totale mesure de la tâche en commençant par détricoter un certain nombre de lois iniques, comme la loi instituant le délit de solidarité et désormais effacé, et de mesurer la vigueur et l’endroit d’où viendrait les coups.

C’est donc une nouvelle période qui commence, une nouvelle page d’histoire à écrire. Elle est encore vierge, mais on en connaît déjà les contours : des droits, des devoirs, dans l’ordre que l’on voudra, un peu plus d’égalité devant l’adversité, de liberté, et pourquoi pas de fraternité, mais surtout plus de respect, cette valeur essentielle tellement galvaudée, piétinée, mêlée à toute les sauces au point de ne plus savoir de quoi on parle. FalconHill l’a évoqué de manière émouvante, repris fort justement par Nicolas A vrai dire, je ne crois pas que la blogosphère gauchisante, pour parler de ce que je connais le mieux, a perdu cette valeur. Elle a sensiblement glissé durant le sarkosysme délirant, comme tout le monde, sous l’influence d’un pouvoir décomplexé qui ne s’est pas gêné pour clouer au pilori toute cette plèbe grouillante et assistée qui n’a pas su se doter d’une rolex avant 50 ans. Sans aucun respect.

Il suffit d’un ou deux excités disait l’autre pour modifier la perception intrinsèque des choses. Evidemment qu’il y a des débordements, surtout sur internet. C’est le corollaire de la liberté d’expression. On peut le déplorer mais c’est ainsi. Et ce n’est nullement un raison pour remettre cette liberté en cause comme l’a tenté la droite. J’ai un jour eu l’outrecuidance de commenter chez Corto, avec des arguments sincères qui me semblaient cohérents, éprouvés. Qu’est ce que j’ai pris ! C’est inévitable. La solution est simple : qu’ils restent entre-eux ! Je comprends le sentiment désabusé du Faucon, renforcé par le fait que ses idées et ses souhaits pour la société soient maintenant relégués au second plan alors qu’elles sont incontestablement empreintes d’humanisme et de bon sens. Je serai très déçu s’il renonçait.

Et je partage avec lui la perte de cet esprit de famille qu’était la blogosphère dans son ensemble. Le classement Wikio lui donnait sa matérialité. Mais la société qui mettait en œuvre cet outil a appliqué les règles du capitalisme triomphant à la #geonpi : pognon, pognon, pognon… tout en restant sourd à l’esprit des blogs, du terrain et de ceux qui font les blogs. Je note au passage la grande similitude de ce qui se passe actuellement dans mon milieu professionnel. A bien des égards, le respect des choses et des petites mains, les forces productives qui font avancer le bateau, n’existe plus depuis belle lurette.

Devant ce constat certes assez accablant, je veux rester optimiste parce que je suis de nature optimiste. Il reviendra le temps où les passions seront moins exacerbées, et le dialogue un peu plus facile. Pour cela, il est nécessaire de passer à une société un peu moins individualiste, parce que la solution, on le voit tous les jours, est collective. Aujourd’hui, malgré tous les défauts qu’on lui prête et les quelques erreurs dans son parcours, François Hollande est le seul en capacité de le faire, avec la légitimité des urnes. C’est ainsi.

Pour moi, ce début d’année m’a déjà apporté de bonnes nouvelles. Pour 2013, je vous souhaite à tous, familiers, amis, lecteurs, blogueurs, d’être tout simplement heureux…

Allez, cadeau…

Share Button

La mer à boire

La politique me saoule, et c’est peu de le dire. De toute façon, on plie les gaules non pas vendredi prochain mais samedi vers 0h30 puisque selon les écrits mayas «le cinquième soleil prendra fin le 4 Ahau 3 Kankin», soit au coucher de soleil en toute vraisemblance au Grattez-moi-la le 21 décembre 2012 qui se fera vers 17h30 heure locale, soit avec le décalage horaire le moment cité plus haut.

Alter-Oueb franchissant le cap de Bonne-EspéranceAlors, pourquoi ne pas faire une nouvelle expérience, comme, une idée parmi tant d’autres, faire un tour du monde avant de le quitter pour cause de fin du monde ? Et je me suis lancé, je suis parti. Depuis le 3 décembre, Alter-Oueb navigue avec plus de 400.000 autres bateaux autour du monde, dans cette grande course qu’est le Vendée Globe, mais bien au chaud, sans embruns, devant un écran, virtuellement… Euh oui, c’est virtuel. D’une, je n’ai pas le budget et pas franchement le courage d’un tel engagement. Et de deux, si jamais cette fin inéluctable n’avait pas lieu, j’aurais l’air malin de tout avoir laissé tomber, comme ces quelques zozos qui ont tout vendu, tout plaqué avant le jour fatidique. La course, la vraie et la virtuelle, est partie le 10 novembre des Sables d’Olonne et se déroule avec les mêmes règles et la même météo.

Mon bateau l’a prise en cours, le 3 décembre, et a été positionné vers la 260.000 ème place. Il fonce vers la Porte Crozet, au sud de Madagascar, désormais au alentour de la 187.000 ème ! Je ne suis pas marin pour 2 sous. Je n’ai jamais habité près de l’eau, mon sang est alsacien et non breton, mais j’ai vite appris à choisir la bonne voile, à prendre le vent avec le bon angle, et à aller le chercher en étudiant les prévisions météo. C’est prenant car pour avancer, il faut quelque fois modifier plusieurs fois par jour les trajectoires en fonction du vent. Pour les accros à l’imachin, il y a l’appli ad-hoc, comme le capitaine, pour suivre votre coquille de noix et déjouer les pièges des anti-cyclones.

Le bateau d’Alter-Oueb est basique, sans options qu’on peut obtenir contre monnaie, comme la personnalisation à ses couleurs, des voiles supplémentaires, un pilote automatique qui maintient l’angle au vent, etc… Comme il fallait en choisir une embarcation, Alter-Oueb a pris le monocoque aux couleurs de Saveol, de Sam Davis, fabuleuse 4ème lors de l’édition 2008, et qui a dû abandonner sur démâtage. En plus, c’était la seule fille du plateau, et je préfère ce style de compagnie plutôt que celle des mecs, de surcroît marins bourrus.

Si vous avez envie de suivre mon Alter-Oueb dans son parcours, ou même envie de participer à cette aventure, c’est sur www.virtualregatta.com. Il n’est pas trop tard.

Dans ce cas, avertissez-moi pour qu’on puisse se tirer une bonne bourre ensemble.

Share Button

Le média de ceux qui n’en ont pas #touchepasmablogo

Nous, blogueurs et blogueuses, et avant cela citoyens et citoyennes, défendons les valeurs de l’indépendance et du bénévolat. C’est dans cet esprit que nous alimentons nos blogs, libres de tout intérêt financier extérieur qui pourrait guider notre expression.

Wikio avait en son temps joué un rôle important dans l’émergence de cette communauté de blogs, en assurant leur promotion et entretenant une saine émulation entre eux, avec son classement des blogs.

Wikio est devenue plus grande, elle s’appelle aujourd’hui Ebuzzing et a de nouvelles ambitions. Des blogs institutionnels, des blogs de personnalités venues du monde politique ou médiatique rémunérés par des journaux ou des partis politiques ont été intégrés à la liste des blogs. Pis encore, des agrégateurs de liens et de contenus, des sites semi-professionnels, ont soudainement rejoints les bases de données d’Ebuzzing, y compris des sites d’extrême-droite qui usent à grande échelle de méthodes plus que suspectes pour gagner en notoriété.

Nous considérons donc, puisque ce n’est plus un classement des blogs, mais un fourre-tout de ce qui se produit sur Internet, que nous n’avons plus notre place dans ce classement. Nous suspectons que le patron d’Ebuzzing, qui vient de lancer sa carrière politique et qui est aussi un des fers de lance du mouvement des «pigeons», a changé les règles du jeu pour des raisons idéologiques. Il y a pour nous conflit d’intérêt.

Nous avons décidé de ne plus en être et avons exigé de Ebuzzing la suppression de nos blogs de ses bases de données, parce que nous voulons que notre liberté et notre indépendance soient traitées à part.

Un message auquel je m’associe pleinement et qui renvoie à une tribune «Touche pas à ma blogosphère» plus détaillée consultable chez Dedalus.

Share Button

La toute première

Quelques copainscopines des Leftblogs ont sorti la boite à souvenirs à l’occasion des déboires de PSA pour raconter comment, au travers de leur premier bolide, ils sont passés d’homo-erectus à homo-automobilus. Je n’échappe évidemment pas à la règle : il fut un temps bien plus doux où, dès le premier boulot acquis, à juste 18 ans, je me suis mis à la recherche de l’engin motorisé qui me permettrait de parcourir et découvrir le monde

Le permis fut une formalité. La voiture fut une autre paire de manche, parce que j’avais des exigences : je voulais une coccinelle… Il faut dire que j’avais passé une partie de ma jeunesse dans celle de mes grands-parents. Ils n’ont connu que cette authentique pièce de musée qui était briquée de fond en comble après chaque promenade. Pas une bosse, pas une poussière, pas une trace de doigt. Elle avait même gardé cette odeur particulière de neuf…J’avais pas intérêt de bouger, ni de toucher, mais cette voiture était magique. Il ne manquait que le fameux numéro 53

VW 1303J’ai trouvé une cox en bien bel état. Elle appartenait à un curé. En fait, elle était nickel avec ses jantes mode alu, ses sièges monobloc avec appui-tête, sa couleur verte fortement métallisée et son bruit si caractéristique. Seule personnalisation notable : un petit volant sport, qui m’a, comme annoncé, fait faire beaucoup de sport pour faire tourner les 800 kg de la bête. L’autoradio était inutile, le moteur s’en chargeait. Ensemble, on a effectivement découvert le monde, mon monde. 30 ans après, mes copains me parlent encore des virées mémorables effectuées ça et là, comme dans beaujolais où j’ai vaillamment transporté 18 vendangeurs, pas tous à jeun… Je vous jure qu’il y en avait 18. J’ai bien vite passé le moteur à travers, mais globalement, elle m’a rendu de fiers services. J’en ai malgré tout pris soin jusqu’à ce que autrui se charge de me la démolir. Je l’ai retrouvé fortement dégradée là ou je l’avais laissée près de la gare de Mulhouse, au retour d’une permission pendant mon service militaire. Impossible à l’époque de la remettre en état, la séparation a été inéluctable. La vie commune a duré 4 ans.

La suite a été moins pimpante. La conduite, la voiture et tout ce qui gravite autour n’a jamais vraiment été pour moi un pôle d’intérêt. Elle reste essentiellement un outil qui, comme tous les outils, ont une certaine dangerosité quand on les utilise de manière inappropriée. Les «pilotes», les «seuls au monde», les inconscients et autres étourdis rendent la route mortellement dangereuse. La grande mode du moment est de s’accaparer un espace normalement dévolu à être partagé et à s’y comporter en maître méprisant des autres et des règles. Cela écarte irrémédiablement toute dimension de plaisir. Pas bien grave, il n’y a pas que les bagnoles dans la vie…

Merci aux 18 tauliers de blogs qui m’ont fait l’honneur d’un lien durant ce mois de juillet. Qu’ils en soient remerciés très amicalement.
Carnet de notes de Yann Savidan
Partageons mon avis
Affichage libre
Lyonnitude(s)
Princesse101
Partageons nos agapes
A perdre la raison
Tout est politique – le blog de Seb Musset
La revue de Stress
Au comptoir de la Comète
blog de David Burlot
Partageons l’addiction
Le grumeau
Mon avis t’intéresse
Je pense donc j’écris
Saint-Pierre-des-Corps, c’est où ça
Choblab
LE QUOTIDIEN QUI MARK
Liste générée à partir des infos du Top Blog Wikio par le Jegounotron

Share Button

12ème circonscription du Rhône : c’est chaud

C’est le désert ici, mais rassurez-vous, je ne suis pas perdu. Le monde, mon monde, a un peu changé et bousculé mes habitudes et mes lieux de perdition. C’est comme un printemps arabe sans violence, le passage de la deuxième lame, le fameux double effet «Kiss Cool» d ‘antant… Le changement, c’est maintenant, et il a déjà une réalité intangible : un Président normal, un gouvernement normal, une attitude tellement normale, saine, respectueuse des gens et des choses qu’on se demande pourquoi il n’en a pas toujours été ainsi.

Il n’y a pas que cela qui a changé. J’ai passé des journées assez intenses pour pondre cela pour une cause qui me tient à cœur. En fait, mon plateau technique s’étoffe et me permet désormais d’offrir des services fiables et variés pour les associations de l’économie sociale et solidaire, oeuvrant dans les domaines humanistes, équitables, éthiques, écologiques, syndicaux, de défense des droits, d’aide aux personnes, qui me fond confiance. Pour le blog, il n’ avait pas vraiment beaucoup de place ces derniers temps.

Joëlle Sechaud avec François HollandeMais j’y reviens avec plaisir, d’autant qu’il y a une élection bigrement importante qui se profile, et qu’il est primordial d’en parler puisque, selon toute vraisemblance, ce scrutin ne va pas attirer les foules. Pourtant, il est question de choisir celles et ceux qui vont élaborer et approuver en notre nom toutes nos règles de vivre ensemble, ce qui constitue et structure notre société. Exprimé comme cela, je ne vois pas vraiment comment on pourrait s’en désintéresser…

Dans ma circonscription, la 12ème du Rhône, qui rassemble au sud-ouest de Lyon, les cantons d’Irigny, d’Oullins, de Ste-Foy-lès-Lyon et de Tassin-la-Demi-Lune, Michel Terrot, 64 ans, député UMP sortant se présente pour un 7ème mandat… Cette seule carte de visite m’interpelle : ce monsieur a fait preuve d’une constance et d’une abnégation remarquable, et a apporté à son groupe politique une voix docile et fidèle pour envoyer la France… dans le mur ! Il y a là un constat implacable : celui d’une droite qui a tout approuvé des saccages sociaux demandés par le président d’opérette, qui a gaspillé le trésor de la nation avec une grandiloquence insensée au plus fort de la crise, qui s’est livré sans complexe à des actes d’une misérable inhumanité sans que quiconque, dans ses rangs ne s’en émeuve. Personne n’a bougé, et surtout pas Michel Terrot. D’ailleurs, en tant que mon député, j’attends toujours sa réponse à la question que je lui posais sur l’arrivée tant attendue du fameux bonheur néolibéral.

64 ans, 6 mandats de député au compteur, sans parler des innombrables autres mandats locaux, il est temps de passer la main, d’occuper son temps à des activités désintéressées, de faire un peu de bénévolat dans le monde associatif, de voir la vraie vie en face ! On est en présence de tout ce que j’exècre en la matière : un professionnel accroché à son hochet, complètement déconnecté du monde réel qui l’entoure. La défense de l’intérêt général n’en est plus quand on devient un personnage politique professionnel : il devient très privé… et particulièrement lucratif ! Cette race là, je n’en veux plus. Place à une nouvelle génération, plus normale, moins bourgeoise, plus au fait du monde actuel.

Le changement, c’est maintenant. J’aurais bien voté pour Jérémy COLLIN. De par mes activités professionnelles, je suis très sensible aux sujets et questions posées par le Parti Pirate, mais ma sensibilité naturelle de respect et de défense de notre environnement m’inciterais surtout à donner ma voix à Cyril KRETZSCHMAR pour EELV. Au final, c’est pour Joëlle SECHAUD que je me déplacerai dimanche, parce qu’en étant l’unique candidat en capacité de battre le député sortant, elle est de ce fait la seule à pouvoir incarner ce besoin de changement et donner au Président Hollande l’impulsion populaire pour réaliser son programme. Même si ma sensibilité est un peu plus à gauche, la démarche et le discours de la candidate PS, issue du monde de l’enseignement, est cohérent et me plaît. Très impliquée dans le monde associatif, elle témoigne surtout d’une connaissance bien meilleure des souffrances quotidiennes d’une population maltraitée par des problématiques liés à la grande finance internationale, qui dépassent le commun des mortels. Elle représente une vraie rupture avec le député sortant, icône d’un système révolu, et c’est vraiment ce dont la France a besoin pour se relever. Dans cette circonscription plutôt bourgeoise, voire riche, la tâche est compliquée, mais pas impossible. Pour moi, dimanche, c’est chaud…

J’en profite pour souhaiter la bienvenue à un petit gone, le premier de la nouvelle ère, Louis-Antoine, et féliciter la maman et le papa, leftblogueur de poids dans la blogosphère. Une bonne occasion pour… non rien !
Je leur envoie tous mes vœux de bonheur pour cette nouvelle vie qui commence.

Et merci aux copains qui ont fait des liens vers ici durant le mois de mai :
Partageons nos agapes
Variae
Carnet de notes de Yann Savidan
Philippe Méoule
Le grumeau
Je n’ai rien à dire ! et alors ??
Je pense donc j’écris
Woof it
Arnaud Mouillard
Lyonnitude(s)
A perdre la raison
Bah !
De tout et de rien, surtout de rien d’ailleurs
La revue de Stress
Mon avis t’intéresse
Ruminances
Trublyonne voit la vie en rouge
Chez Homer
Mon Mulhouse
Le Blog de Gabale
Le blog de Louis Lepioufle
Répertoire de la Science Fiction
Les divagations NRV de cui cui fit l’oiseau.
Le blog de Laurent Grandsimon
archeosf
Affichage libre
Liste générée à partir des infos de l’excellent Jegounotron de l’ami Lolobobo.

Share Button

Oublions-les !

C’est drôle. Depuis le 6 mai, mon monde a déjà changé. Moi qui jusque là le traversait tête basse en maudissant un peu ma modeste naissance comme cause probable de ma déchéance, je me prends à observer avec un peu plus d’attention mes congénères. Visiblement, les mouches ont changé d’âne, et parmi les passants qui grouillent ces jours, on repère vite les électeurs déçus. J’ai une aptitude particulière pour les reconnaître : j’en faisais partie depuis fort longtemps.

Le Président, c'est Hollande, pas l'autre...J’en profite. A vrai dire, je ne sais pas ce qui m’attends demain. En fait, je ne le sais que trop tant on ne modifie pas un système mondialisé, patiemment construit dans une complète opacité, à l’abri de l’expression démocratique. Les commandes ne sont pas à l’Elysée, cela se saurait. Mais je ne boude pas mon plaisir, inondé par une nouvelle clarté née un certain 6 mai à 20 heures, certes un rien blafarde, mais dont le contraste avec ce qui précède reste saisissant et particulièrement vivifiant.

Je revis, au point d’en oublier ce blog, qui vient de franchir son deuxième anniversaire tout seul. Ce violent besoin d’écrire, d’expier, de crier au monde mon indignation de vivre dans une telle société, cette fixation quasi maladive s’est évanouie comme par magie pour laisser place à une forme de quiétude, une sérénité presque inconnue jusqu’alors. Alter-Oueb est né le 12 mai 2010 au plus fort de mon antisarkozisme, de mon rejet d’une idéologie belliqueuse et inhumaine. J’ai vu que je n’étais pas seul, j’ai trouvé une sacré communauté de joyeux drilles, leftblogueurs ou pas, qui se sont mêlés avec leurs armes à la bataille de manière remarquable pour bouter l’envahisseur hors du pays des Droits de l’Homme. Merci à vous toutes et tous. Je n’aime pas trop les listes, alors je vous ai disséminé un peu partout, en éspérant avoir assez de mots dans ce billet pour vous remercier tous…

Il y a cependant des choses et des discours qui n’ont pas changé. Les procès d’intention continuent de pleuvoir en rang serrés. Ces déclarations, des plus grotesques aux plus loufoques, qui naguère m’auraient fait maltraiter un clavier avec furie, ne me font plus ni chaud ni froid. Polémiques ? Quelles polémiques ? Inutile de se fatiguer. N’y répondons pas, ignorons-les, oublions-les, ainsi que toutes ces années noires. Les cartes sont rebattues et une nouvelle partie commence. Les cadors de l’UMP, désormais dans l’opposition, vont, comme les nouveaux ministres, faire le difficile apprentissage de savoir quelles sont leurs places et leurs rôles. Mais dans cet ordre des choses, je dois avouer que je n’avais jamais perçu ainsi le côté hilarant d’un Bertrand, Copé, Morano, Lucca, et autres comique-troupiers dans leurs dérisoires gesticulations une fois la partie perdue. Je sourie, je rie même, parfois je me moque, mais toujours sans mépris. Ca fait une énorme différence…

Le Coucou, Olivier, vous que j’ai eu la chance de lire à défaut de vous avoir rencontré, vous, je ne vous oublierai pas.

Photo : AP/Jacques Brinon

Share Button

Adieu ebuzzing

Beaucoup d’eau est passé sous les ponts depuis que Wikio s’est fait manger par ebuzzing. Le Wikio était grosso-modo LE service européen de promotion des blogs, un agrégateur bien utile, et surtout un outil fabuleux, sans équivalent, incontournable, permettant de connaître qui, parmi ses congénères, relayent vos écrits sur la toile… Tous les mois, une savante et délicate moulinette pondait un classement qui mobilisait l’ensemble de la blogosphère et alimentait bien des conversations dans les jours qui suivaient sa parution.

La Backlink Factory, avant la confiscation...La transition s’est opérée en douceur fin novembre 2011, les nouveaux tauliers ayant pris soin de ne pas modifier certaines habitudes, comme pour ne pas effrayer. Pour moi, ce changement m’indifférait. Cela ressemblait à un virage serré pour attraper du trafic en promouvant des vidéos et des marques, pour générer beaucoup de pépètes. Les blogueurs, dans cette soupe, qui ont contribué à l’image du Wikio et à son développement, sont désormais quantité négligeable.

Cette nouveauté n’était pour moi qu’un épiphénomène. Il y a 2 ans, soucieux de me faire connaître un peu, je me suis inscrit au Wikio sans vraiment savoir ce que c’était. Beaucoup de conseils qu’on glane par-ci, par-là, quand on commence à bloguer, le recommandaient. Cela m’a bien apporté un peu de monde, chaque début de mois,dès le classement des blogs publié…

Le Wikio, pour moi, outre la découverte d’autres lectures, c’était essentiellement le labs, la Backlink Factory, l’usine à mesurer les liens. J’ai toujours lutté sans trop de mal contre la dictature des chiffres, des compteurs de visites et des classements. Par contre, je ne peux me passer des informations sur qui me fait l’honneur d’un lien, c’est quasiment vital…. Depuis un mois, je suis aveugle, et comme je ne peux pas tout lire, je ne sais plus qui remercier. J’ai peut-être raté la chaîne de l’année pour aider l’UMP à trouver enfin un programme digne de ce nom.

Le service a été supprimé sans préavis, sans explication. Pierre Chappaz, fondateur du Wikio, s’était fendu d’un petit message chez Homer, expliquant qu’il «avait eu tort d’arrêter la backlink factory, et sous-estimé son utilité pour les blogueurs». J’ai perçu cet aveu comme lourd de sens, d’une grande honnêteté teinté d’une bonne dose d’impuissance. Depuis, rien, nada, le silence sidéral. Je vais donc me passer complètement de ebuzzing.

Je n’ai jamais accordé le moindre intérêt à la partie émergée de l’iceberg que constitue le fameux classement. Le seul motif vraiment valable de s’y arrêter était les blogwars que les chamboulements occasionnaient dans les hautes strates, et les techniques mises en œuvre pour grappiller des places, comme sur le boulevard périphérique bondé. D’ailleurs, nul besoin d’y figurer pour assister au spectacle…

Compte-tenu que tout le monde se fout du classement, n’est ce pas, je vous invite donc tous à vous désinscrire de ce bouzin, et de le faire savoir… ce qui n’empêche nullement de faire des liens.

La preuve.

Merci aux 2.000 visiteurs uniques qui sont passés ici en mars, merci aux blogueurs qui me les ont envoyés par leurs liens.

– Variae
– Ce Que Je Pense …
– Partageons l’addiction
– Le Blog de Gabale
– Le Pudding à l’Arsenic
– Philippe Méoule
– Les divagations NRV de cui cui fit l’oiseau.
– Carnet de notes de Yann Savidan
– Chez El Camino
– blog de David Burlot
– Le grumeau
– A toi l’honneur !, la suite…
– Du petit monde de Gildan
– Reservus’blog…
– Sarkofrance
– Partageons mon avis
– A perdre la raison
– Bah !
– Lyonnitudes
– De tout et de rien, surtout de rien d’ailleurs
– Chez Homer
– La rénovitude
– les échos de la gauchosphère
– INTO2007
– Une Autre Vie
– La Maison du Faucon
– Partageons nos agapes
– Les jours et l’ennui de Seb Musset
Sète’ici
– Le blog de Louis Lepioufle
– Ruminances
– Mon avis t’intéresse
– Trublyonne voit la vie en rouge
– Ménilmontant, mais oui madame…
– Les cénobites tranquilles
– Mon Mulhouse
– Woof it
– Homer d’alors
– Dans ma bulle
– La revue de stress

(liste faite de tête, désolé pour les éventuels oublis, je me rattraperai demain)

Share Button

Je ne suis pas mort

Cette période électorale a décidément des relents étranges. Pas un seul sujet de discussion n’échappe au prisme de la remise en cause inutile, parfois gratuite, souvent polémique. Jamais la famille des mots issus de «mensonge» est autant utilisée, et certains concepts refont surface avec plus ou moins de finesse. Dans cet exercice du grand n’importe quoi, ce n’est pas un billet de Rue89, annonçant la mort des blogs politiques, qui me contredira.

Cimetière de blogs politique ou de presse ?Je ne suis blogueur que depuis presque 2 ans, et publie des billets dont la portée n’est pas que politique à mon rythme, sans m’imposer de règles. Un billet tous les 2 ou 3 jours. Je ne suis guère influent, et ne souhaite d’ailleurs pas l’être car cette étiquette me donnerait des obligations, voire des responsabilités que je ne veux pas endosser. Derrière cette activité, il y a certes un engagement personnel, un ressenti du monde qui tourne plus ou moins bien, mais il y a essentiellement une dimension plaisir, convivialité, rencontre, partage, à laquelle je tiens et que j’ai perçu chez beaucoup d’autres blogueuses et blogueurs politiques. Les habituels railleurs diront certainement que je cède à la facilité. Evidemment.

Cela sentirait dont la fin des blogs politiques ? Ce type d’affirmation, du reste assez récurrente dans certains médias au format très proche du blog, m’amuse. Les constats de ce genre montrent un étonnante méconnaissance du sujet, ou plus grave, un transformation de la réalité, très à la mode en ce moment. On compare une chèvre à un choux pour en retirer des conclusions douteuses. Désolé, mais pour moi, les blogs politiques et réseaux sociaux ne sont pas comparables et le format «blog» est loin d’être obsolète puisqu’il est repris par l’intégralité de la presse en ligne et autres agrégateurs. Et surtout, le blogueur n’est pas contraint au scoop, à instantanéité, ni aux exigences liées à l’actionnaire ou aux marchés publicitaires…

Ce qui est vrai en revanche, c’est la reprise en main du web, la perte de son image alternative, une forme à peine masquée de privatisation, de confiscation de l’outil, auxquelles participent des Lois comme LCEN, DADVSI, LOPPSI, HADOPI et au-dessus, SOPA, ACTA… Dans ces nébuleuses, ce sont les modes d’expressions individuels tout court qui sont menacés d’extinction pure et simple. Le vrai danger pour l’avenir est là : l’arsenal répressif et de censure est quasiment en place, la neutralité du réseau déjà une illusion, le filtrage des flux une certitude.

La réalité d’aujourd’hui en matière de blog politique semble bien différente : ils ne sont pas morts, loin de la. C’est un monde en perpétuel renouvellement. La principale raison est certainement la tentative de débauchage en masse de blogueurs pour alimenter des pure-players et sites de presse en ligne, évidemment gratuitement. Décréter la mort des blogs politiques est un rien manipulatoire en période électorale quand les grands quotidiens peinent à vendre, quand les journalistes font face à la défiance du citoyen, quand les blogs de droite ont disparu des classements et autres outils d’évaluation de la blogosphère.

Pour un temps, il reste un espace immense d’expression sans contraintes, et c’est bien ce point qui gêne les grands pouvoirs, qui fait de l’ombre. Avec un peu de bouteille et de jugeote, on prend vite l’habitude de démasquer les trolls. Affirmer est une chose, la réalité en est une autre.

Tout est finalement dans la taille de la ficelle

Share Button

Je reprendrais bien un peu de dettes

Je n’ai pas trop envie de faire un billet aujourd’hui. Je me réserve. Après le show lamentable de Jean-François Copé sur France 5 dimanche, j’attends avec une certaine impatience celui de son mètre Maître, demain, sur France 2 dans «Des Paroles et Des Actes». Pour patienter, je vous laisser (re)découvrir un des grands principes monétaires responsable (en partie) de cette entité bien artificielle qu’on nomme la dette publique, et qui finira par nous étrangler comme elle étrangle la Grèce. Parce que tout simplement, c’est sa finalité.

J’avais surtout envie de vous remercier tous, lectrices, lecteurs, blogueuses et blogueurs, de passer par ici. Pour ce mois de février, 35 d’entre vous m’ont fait l’honneur de 46 liens, les plus assidus étant Bembelly, Philippe, Homer, Nicolas, Hern, CaptainHaka et Vallenain… Parmi les principaux apporteurs de visite, il y a Bibi, CaptainHaka, Yann, Juan, Céleste, Gabale, Io, Romain, Corto74, sans compter l’excellent MHPA, et le Dazibaoueb parmi les 1.700 visiteurs uniques, les 7.100 visiteurs et les 19.000 pages vues.

Merci aussi à tous les autres qui m’ont envoyé du monde par leurs liens, Melclalex, Seb, Romain, Stef, Le Faucon, El Camino, le comptoir de Nicolas, David, la cambuse de Nicolas, la salle blanche de Nicolas, Mehdi, Eric, Cuicui, Elmone, Iboux, Ruminances, Cycee, Lolo, MAJiCWoofy, Répertoire de la SF, Guillaume, Louis, Princesse101, Aurèle, Petit Louis, Euterpe, et Laurent.

Merci enfin à tous ceux qui ne font que passer et lire mes bêtises, mes état-d’âmes et mes coups de gueule.

Share Button

Je continue

Je suis enchaîné, lié de partout pour répondre à onze questions. Lancée par Io, le premier à me taguer a été FalconHill, suivi de peu par Lolo, Vallenain, puis Homer, et le jeu ne manque pas de sel. Sauf qu’à cette heure, j’ai 44 questions à examiner, et certaines, à double sens, sont particulièrement pointues, et demandent un temps de réflexion que je n’ai pas en ce moment.

Peut-être y reviendrai-je, mais pour l’heure, une autre question bien sérieuse m’a été posé par Romain ainsi qu’à quelques poids-lourds de la blogosphère : vais-je continuer à bloguer après le 6 mai 2012 ?

Pas de question sur l'image, c'est n'importe quoi...A cette date, Alter-Oueb aura juste 2 ans. C’est le temps qu’il faut pour lire, apprendre, comprendre et rencontrer les gens qui rendent le web vivant et vibrant. Je me suis ouvert un nouvel horizon, trouvé un rythme et un équilibre, presque une sérénité, et je n’ai nulle envie de fermer boutique juste après avoir soufflé mes bougies.

Il reste le contexte particulier d’une période électorale cruciale pour l’avenir du pays. Je n’ai connu que la situation d’opposition, le conflit, pour ne pas dire l’agression perpétuelle de la part de nos dirigeants actuels. Elle a été une motivation importante, mais pas essentielle dans mon désir d’écrire. Je me revendique bien volontiers à gauche, mais je me caractériserais surtout comme humaniste, au delà du clivage droite/gauche pur et dur. Dans ce contexte, je crains fort que dès les dernières bulles de champagne dissipées dans la soirée du 6 mai, je revienne taper du poing et rappeler quelques évidences : il y a les discours, et ce qu’ils impliquent dans notre quotidien. C’est marqué en grosses lettres un peu plus haut.

Hollande sera très vraisemblablement élu. Il exercera sans peine une fonction présidentielle différente, plus respectueuse des gens et des institutions. Mais il ne changera pas grand chose dans notre quotidien. Il a en partie déjà annoncé qu’il ne reviendrait pas sur la réforme des retraites, sur celle de la justice, sur la carte hospitalière, sur HADOPI, l’OTAN, sur un certain nombres d’injustices sociales… Pour le reste, il doit gérer le passif laissé par son prédécesseur et composer avec la planche savonnée par les marchés avec fort peu de marge de manœuvre. Mais ce n’est pas une raison de tout acquiescer.

Hollande n’est pas mon candidat. Je m’en expliquerai bientôt. Il aura néanmoins ma voix parce qu’il est le seul à pouvoir briser la carrière du nain compétent, et pour l’heure, à mes yeux, c’est la seule chose qui compte. Mon blog va donc continuer, parque les raisons de s’indigner ne vont pas s’éteindre par magie, parce que les hommes politiques ont en commun le fait d’oublier trop rapidement les motifs qui les ont porté au pouvoir, parce qu’il est nécessaire de leur les rappeler souvent. Le nouveau taulier ne va pas échapper à la règle…

Je continue. Iboux aussi, autrement. Et que feront El Camino, Melclalex, MajicWoofy, Arnaud, Captain Haka, Monsieur Poireau, Matfanus, LouisLep, Elmone, Gabale, StefLe pudding, Cuicui, Aurel, Cyril, Dedalus, Sarkofrance et ses coulisses, Triton, Bembelly, auxquels j’ajoute Erwan, Bibi, le Partageux, Thierry, Minijupe, et pour le fun Corto ?

Share Button